Le sport en hiver : quelques précautions nécessaires
septembre 28th, 2011 by Pharmacien

 
S’il n’est pas forcément question de stopper la pratique de son sport favori par temps froid, il est recommandé de prendre quelques précautions qui relèvent surtout du bon sens. Et évitent bien des ennuis ! 

Le sport en hiver : quelques précautions nécessaires

 

« Le meilleur conseil à donner aux adeptes du sport est d’écouter leur corps. Si l’on est fatigué, avec des défenses immunitaires en baisse, il faut se ménager » explique le Dr Jean-Marie Coudreuse, praticien hospitalier, spécialiste de médecine du sport (AP-HM). Au-delà de cette règle de base, la saison froide nécessite de prendre quelques précautions supplémentaires, histoire de ne pas se faire mal.

« L’alimentation doit non seulement être équilibrée (viande maigre, poisson, fruits et légumes…), mais en hiver l’apport énergétique doit être plus fourni notamment avec des sucres lents (pâtes, légumes secs, céréales complètes…). Il est conseillé de boire de l’eau par petites quantités avant, pendant et après l’effort. Il existe également des solutions buvables de préparation à l’effort. Enfin à l’échauffement obligatoire des muscles, il faut ajouter le réchauffement du corps : trottiner puis s’étirer pendant une bonne dizaine de minutes avant de démarrer », poursuit-il.

Que penser des préparations chauffantes et huiles essentielles souvent très prisées par les sportifs ? Ou encore du curcuma donné comme un excellent anti-inflammatoire naturel contre les tendinites et rhumatismes ?

Réponse du spécialiste : « Si vous avez envie d’appliquer telle ou telle préparation chauffante qui vous procure du bien-être, il n’y a pas de contre-indications. Mais, attention, là où cela devient dangereux, c’est si l’on pense qu’une crème peut remplacer l’indispensable échauffement. Par contre, les massages après l’effort avec décontractant musculaire (crème, gel, baume, huile essentielle…) peuvent se révéler très efficaces ».

Comme il est plus facile de prévenir que de guérir, veillons donc plus que jamais à l’harmonie de notre alimentation… Et, outre les produits solaires parfois nécessaires en hiver, et notre bouteille d’eau, glissons dans notre sac de sport, une ou deux petites « barres » énergétiques, bien pratiques en cas de petit creux !

 

Aïe… J’ai une entorse !

 

Massage après un effort musculaireGlace, repos, élévation, compression…

Ce que les médecins résument sous le sigle GREC est le remède incontournable de l’entorse. Votre pharmacien peut vous conseiller plusieurs produits de parapharmacie pour le sport, dont une poche froid/chaud, réutilisable ou à usage unique. Remplaçant avantageusement la glace pilée, elle sera appliquée pendant un quart d’heure, trois fois par jour, sur la cheville, le genou, le poignet. Qu’il faudra mettre au repos de cinq à six jours suivant les cas. L’articulation concernée sera bandée pour empêcher l’apparition d’un œdème.

Pour vous soulager, un anti-douleur comme l’arnica (granules homéopathiques, pommade) se révélera très utile, de même que les patchs anti-inflammatoires. Même s’il ne s’agit pas d’une urgence, mieux vaut consulter car une rééducation est le plus souvent nécessaire pour bien récupérer.

Tous les sports sont intéressants à pratiquer. Il s’agit surtout de pratiquer une activité qui colle à vos envies, vos capacités et vos objectifs. En plus de maintenir votre santé physique et mentale, le sport vous aidera à mieux faire réagir votre corps face aux attaques de l’hiver, et de perdre du poids (pensez aux produits minceurs de notre parapharmacie discount) ou de ne pas prendre de kilo en trop pendant les futurs repas copieux de fêtes de fin d’année.

Votre pharmacien MonGuideSanté vous conseille… pour la récupération à l’effort

© MonGuideSanté.com

Posted in Bien être, Soins corps, Sport Tagged with: , ,

juillet 28th, 2010 by Pharmacien

Le Comité d’experts de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a rendu jeudi dernier, des avis positifs concernant les bénéfices-risques du vaccin oral Rotarix et des médicaments à base de kétoprofène. Ces décisions ont été prises à la suite d’études cliniques réalisées pour les deux spécialités médicales.
Selon l’EMA, les deux médicaments ne présentent aucun risque pour la santé des usagers.

Le Comité d’experts de l’EMA estime que la présence d’une petite quantité de particules de virus porcin dans des lots de Rotarix, vaccin administré par voie orale aux enfants âgés de 6 semaines et plus pour prévenir les gastro-entérites dues à des infections à rotavirus, ne présente aucun risque pour la santé publique.

L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) avait annoncé, le 26 mai dernier, qu’elle maintenait sa recommandation de ne pas utiliser le vaccin Rotarix « à titre de précaution » dans l’attente des résultats de l’évaluation de l’EMA. Des fragments d’ADN du circovirus porcin de type 1, un virus n’induisant aucun risque sanitaire pour l’homme, avaient été identifiés dans plusieurs lots de vaccin Rotarix.

Le Comité d’experts a également rendu un avis positif sur les bénéfices-risques des spécialités à base de kétoprofène, anti-inflammatoire indiqué pour traiter les tendinites, l’arthrose ou encore la phlébite. Néanmoins, les professionnels de santé sont invités à informer leurs patients sur l’utilisation du médicament pour prévenir la survenue de réactions cutanées.

Suite à la réalisation d’examen clinique, l’EMA a conclu à un risque très faible de graves réactions photo-allergiques, soit 1 cas pour 1 million de patients traités.

Le Conseil d’Etat avait annulé, le 7 juillet dernier, la décision de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) visant à suspendre l’autorisation de mise sur le marché de Ketum gel 2,5%, un médicament à base de kétoprofène indiqué pour soigner les entorses, les contusions, ou les lombalgies aiguës. Le Conseil d’Etat avait indiqué qu’il ne « ressort[ait] pas des pièces du dossier (…) d’éléments établissant l’existence d’indices sérieux et concluants d’un risque grave pour la santé des patients ».

L’Afssaps avait, quant à elle, suspendu l’autorisation de mise sur le marché des gels contenant du kétoprofène, notamment de Ketum gel 2,5%, le 17 décembre dernier, suite au signalement de 371 cas d’effets indésirables entre janvier 2001 et février 2009.

Posted in Pharmacie Tagged with: , ,