janvier 4th, 2011 by Pharmacien

Selon une enquête internationale sur la santé réalisée par Ipsos MORI dans 12 pays, 59% des Français internautes disent utiliser le web pour rechercher des conseils de santé. 61% des Français ont recours à internet pour trouver des informations sur un médicament, assure le sondage, et 41% cherchent des informations pour faire un auto-diagnostic. Seulement, pointe du doigt l’enquête, les Français sont très peu à vérifier la fiabilité des informations : seulement un quart d’entre eux.

L’enquête révèle également que les Français sont ceux qui utilisent le moins internet pour rechercher des conseils de santé. Par exemple, 96% des Russes utilisent internet pour la santé.

Source:Europe1.fr

Posted in Médecine Tagged with: ,

octobre 26th, 2010 by Pharmacien

Introduite dans le Code de la santé publique (CSP) par l’article 78 de la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST) du 21 juillet 2009 – devenu article L.6316-1 du CSP -, la télémédecine va disposer d’un cadre juridique propice à son déploiement avec le décret du 19 octobre 2010. Au-delà des aspects techniques, elle constitue un moyen d’assurer une meilleure couverture médicale dans les zones isolées : territoires de montagne, îles, zones rurales faiblement peuplées…

Le décret du 19 octobre 2010 est d’ailleurs issu de l’une des quinze propositions du rapport de Pierre Lasbordes, député de l’Essonne, remis à la ministre de la Santé en octobre 2009 et intitulé « La télésanté : un nouvel atout au service de notre santé ». Sa proposition numéro sept suggérait en effet de « sécuriser et responsabiliser les acteurs par la mise en place d’un nouveau cadre juridique ».
Le décret du 19 octobre introduit dans le CSP un nouveau chapitre, entièrement consacré à la télémédecine et fort d’une douzaine d’articles. Il commence par préciser les actes médicaux « réalisés à distance, au moyen d’un dispositif utilisant les technologies de l’information et de la communication » relevant de l’article L.6316-1 du CSP. Il s’agit en l’occurrence de la téléconsultation, de la téléexpertise (qui permet à un médecin de solliciter à distance l’avis de spécialistes), de la télésurveillance médicale, de la téléassistance médicale (qui permet à un professionnel médical d’assister à distance un autre professionnel de santé au cours de la réalisation d’un acte) et de la réponse médicale apportée dans le cadre de la régulation médicale (dans le cadre de l’aide médicale urgente).

Le décret précise aussi les conditions de mise en oeuvre des actes de télémédecine. Ceux-ci doivent être réalisés dans des conditions garantissant l’authentification des professionnels de santé intervenant dans l’acte, l’identification du patient, l’accès des professionnels de santé aux données médicales du patient nécessaires à la réalisation de l’acte et – lorsque la situation l’impose – la formation ou la préparation du patient à l’utilisation du dispositif de télémédecine. Le décret donne également la liste des éléments à inscrire dans le dossier du patient tenu par chaque professionnel médical intervenant dans l’acte de télémédecine et dans la fiche d’observation, ainsi que les conditions de prise en charge des actes de télémédecine par la sécurité sociale.
Plusieurs articles sont consacrées à l’organisation de la télémédecine. Ils prévoient notamment que celle-ci fait l’objet soit d’un programme national défini par les ministres concernés, soit d’une inscription dans l’un des contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens ou l’un des contrats ayant pour objet d’améliorer la qualité et la coordination des soins, soit d’un contrat particulier signé par le directeur général de l’agence régionale de santé et le professionnel de santé libéral ou, le cas échéant, tout organisme concourant à cette activité. Ces différents documents doivent préciser les conditions d’exercice de l’activité de télémédecine « en tenant compte notamment des spécificités de l’offre de soins dans le territoire considéré ». Par ailleurs – en dehors du cas de la régulation médicale -, les professionnels de santé organisant une activité de télémédecine doivent conclure entre eux une convention organisant leurs relations. Ils doivent également s’assurer que les technologies utilisées sont conformes aux dispositions relatives aux modalités d’hébergement des données de santé à caractère personnel. Enfin, le décret précise que le consentement exprès de la personne peut être exprimé par voie électronique.

Source: Localtis.info

Posted in Médecine Tagged with: ,

octobre 14th, 2010 by Pharmacien

Quelque 900 sites internet français dédiés à la santé sont labellisés par la Fondation HON (Health On the Net), organisme certificateur suisse agréé par la Haute autorité de santé (HAS).

Le label HONCode, qui peut aussi s’appliquer aux forums de discussion traitant de santé, vise à aider l’internaute à identifier les sites de confiance. Prévue par la loi du 13 août 2004 portant sur l’assurance maladie, la certification des sites internet santé a été confiée par la HAS à la fondation non gouvernementale suisse HON, en novembre 2007.

Le site de comparaison des hopitaux, cliniques et maternité, le-guide-sante.org, est labélisé, signe de la qualité des informations fournies.

Pour savoir si un site est certifié, il suffit de chercher s’il a le petit carré bleu, blanc, rouge et noir du HONCode. En cliquant dessus, l’internaute accède à l’attestation HON qui garantit le respect d’un certain nombre de principes de bonne conduite. Le site doit notamment indiquer la qualification des rédacteurs (médecins, journalistes….) et préciser que l’information fournie ne remplace pas la relation patient-médecin. La source des informations publiées doit être citée et les pages datées, toute affirmation sur les bienfaits ou inconvénients de produits ou traitements doit être justifiée.

Confidentialité, transparence du financement, séparation de la publicité et du rédactionnel sont également exigées. Le webmestre doit être identifié et une adresse de contact fournie. Le label HON est hébergé par la Fondation qui peut le modifier à distance. Il peut être retiré à tout moment.

Source: Le Figaro.fr

Posted in Médecine Tagged with: , ,