juin 4th, 2013 by Pharmacien

Une enquête figurant dans le dernier numéro du magazine 60 millions de consommateurs dénonce les dangers des substituts de repas et des encas hypocaloriques (crèmes, barres, soupes, milk-shakes, etc). Au total, 21 de ces produits ont été passés au crible. Le verdict est sans appel : aucun n’est équilibré du point de vue nutritif et ne permet de véritablement remplacer un repas.

La plupart des aliments évalués étaient trop riches en sucres et trop pauvres en acides gras essentiels (comme les oméga 3) et en fibres. La catégorie des soupes est celle qui se rapproche toutefois le plus d’un repas traditionnel. Autre problème pointé du doigt : les substituts apportent un volume trop faible de nourriture et ne permettent pas d’atteindre la satiété.

« Un repas complet, c’est en moyenne 800/1 000 grammes d’aliments. Deux barres de substituts, c’est tout au plus 90 grammes, donc il y a déjà un problème de volume », confirme le Dr Patrick Serog, nutritionniste à Paris. Résultats : 24 % des personnes qui utilisent ces produits minceur déclarent avoir été « beaucoup/énormément » frustrées pendant leur régime, contre seulement 4,5 % de ceux qui ont suivi la méthode Cohen et 2,7 % des personnes ayant opté pour le régime Weight Watchers.

Enfin, le mode d’utilisation de ces substituts est lui aussi problématique. S’il est stipulé sur l’emballage qu’ils ne doivent pas remplacer plus d’un ou deux repas par jour et qu’il ne faut pas les consommer pendant plus de trois semaines d’affilée sans l’avis d’un spécialiste, leurs utilisateurs ne sont que rarement encadrés par un médecin. « Utilisés en dépannage et sur de courtes périodes, il ne pose pas particulièrement de problème. En revanche, quelqu’un qui veut perdre du poids devrait toujours demander un avis médical », rappelle le Dr Jean Michel Lecerf, nutritionniste à l’institut Pasteur de Lille. Et le spécialiste de dénoncer la multiplication des régimes sauvages chez les personnes qui ont un poids normal et prennent le risque de grossir durablement à force de déséquilibrer leur mode d’alimentation.

Source: www.pourquoi-docteur.nouvelobs.com

Posted in Diététique, Minceur Tagged with: ,

juin 4th, 2013 by Pharmacien

Dans le cadre d’une nouvelle étude publiée dans la revue PLOS ONE, des chercheurs américains ont tenté de déterminer quels légumes offraient le meilleur rapport « qualité nutritionnelle-prix ».

Conclusion : les pommes de terre et les haricots.

Des chercheurs de l’Université de Washington (États-Unis) ont eu recours à des méthodes de classification nutritionnelle des aliments et aux données nationales sur les prix des aliments afin de créer un « indice de prix abordable » pour 98 légumes distincts. Ils ont également établi les cinq sous-groupes de légumes suivants : vert foncé, orange/rouges, féculents, légumes (haricots et pois) et autres.

Résultat : si les légumes de couleur vert foncé présentaient la valeur nutritionnelle la plus élevée, les féculents (notamment les pommes de terre) et les haricots offraient le meilleur rapport « qualité nutritionnelle-prix ». Les pommes de terre et les haricots en particulier constituaient les sources de potassium et de fibres les moins chères. Les pommes de terre représenteraient également l’un des apports en magnésium et en vitamine C les moins coûteux.

« L’identification de légumes nutritifs abordables est importante pour les familles soucieuses de leur budget ainsi que pour les responsables politiques qui cherchent à établir des programmes alimentaires équilibrant nutrition et aspect économique », précise le directeur de l’étude, Adam Drewnowski. « Et pour ce qui est de l’équilibre entre valeur nutritionnelle et prix abordable, il est ifficile de faire mieux que les pommes de terre. »

Source: PLOS ONE

Posted in Diététique Tagged with: ,