avril 28th, 2010 by Pharmacien

Nouvelle offensive de l’Amérique conservatrice contre l’avortement.

Les parlementaires de l’Etat de l’Oklahoma ont adopté mardi une série de lois qui restreignent la liberté des femmes à se faire avorter. Des dispositions qui comptent parmi les plus «extrêmes» du pays, selon les organisations favorables à l’avortement.

L’un des textes protège dorénavant les médecins contre d’éventuelles plaintes de parents en cas de malformations du nouveau-né. De fait, les médecins qui choisiraient de ne pas divulguer les résultats d’analyses sur des malformations du foetus – une amniocentèse qui permet de détecter certaines anomalies chromosomiques par exemple – ne pourront pas être poursuivis en justice.

L’avortement est rendu plus difficile même pour les femmes qui ont été victimes de viol ou d’inceste. Avant de mettre un terme à leur grossesse, elles devront ainsi prendre connaissance d’une description détaillée de leur foetus et voir une image réalisée par échographie. Elles devront d’ailleurs se soumettre à une échographie par voie vaginale plutôt qu’abdominale car les médecins sont appelés à utiliser la méthode «qui montre l’embryon ou foetus le plus nettement».

Les lobbys «pro-life» redoublent d’activisme

Le gouverneur démocrate de l’Etat, Brad Henry, avait tenté la semaine dernière de bloquer ces textes par son veto. Mais mardi, les parlementaires de l’Etat de l’Oklahoma, à majorité républicaine, sont passés avec l’aide de voix démocrates. Le veto du gouverneur n’est en effet pas absolu et peut être outrepassé avec une majorité des deux tiers.

Le Center for Reproductive Rights, une organisation favorable à la liberté de choix pour l’avortement, a aussitôt porté plainte. Il conteste notamment la constitutionnalité du dispositif obligeant les femmes à subir une échographie vaginale, affirmant que cela empiète «profondément sur la vie privée», protégée aux Etats-Unis par le 14e amendement de la Constitution.

C’est au nom de ce même amendement qu’en 1973, la Cour suprême des Etats-Unis avait décidé que les Etats ne pouvaient pas limiter les droits à l’avortement avant que le foetus soit considéré comme viable – généralement autour de 24 semaines – ou lorsque la vie de la femme est en danger. Mais plusieurs Etats ont depuis adopté des lois restreignant de facto ces droits à l’avortement.

Source: Le Figaro

Posted in Femme Tagged with: ,