Les maladies cardio-vasculaires
octobre 11th, 2011 by Pharmacien

 

Avec près de 180 000 décès par an en France, les maladies cardio-vasculaires constituent la première cause de décès en France (comme dans la monde). D’où l’intérêt de mieux les connaître pour mieux les prévenir.
 Les maladies cardio-vasculaires

 

Les maladies cardio-vasculaires constituent un ensemble de troubles affectant le cœur et les vaisseaux sanguins.

Elles comprennent :

• Les cardiopathies coronariennes, touchant les vaisseaux sanguins qui alimentent le cœur ;
• Les maladies cérébro-vasculaires, touchant les vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau ;
• Les artériopathies périphériques concernant les vaisseaux sanguins des bras et des jambes ;
• Les cardiopathies rhumatismales ;
• Les malformations cardiaques congénitales ;
• Les thromboses veineuses profondes et les embolies pulmonaires.

Les maladies cardio-vasculaires ne présentent souvent aucun signe avant de s’exprimer sous forme d’un évènement aigu comme par exemple, un infarctus ou un AVC (accident vasculaire cérébral).

• Un infarctus du myocarde, encore appelé crise cardiaque, est une nécrose d’une partie du muscle cardiaque. Les cellules de celui-ci souffrent d’un manque d’oxygène ce qui s’exprime sous forme de certains signes bien connus : une sensation de douleur ou de gêne dans la partie centrale de la poitrine, au niveau des bras, de l’épaule gauche, des coudes ou même de la mâchoire ou du dos. La personne concernée pourra également ressentir un essoufflement ou des difficultés à respirer, être prise de sueurs froides, de nausée ou s’évanouir. A terme, ce phénomène entraîne des lésions définitives d’une partie de la paroi du muscle cardiaque, le myocarde. Si celles-ci sont trop étendues, le cœur ne peut plus assurer son rôle de pompe, ce qui représente un risque vital.

• Un Accident Vasculaire Cérébral – ou AVC – consiste en un déficit neurologique soudain, lié à un blocage partiel ou total du réseau vasculaire (en général une artère) par un caillot, ou bien à une hémorragie cérébrale. Le symptôme le plus courant d’un AVC est une sensation de faiblesse soudaine au niveau de la face, du bras ou de la jambe, le plus souvent d’un seul côté du corps. Il peut aussi s’agir de confusion, de difficultés de parole ou de compréhension, de difficultés visuelles (une baisse brutale, unilatérale de la vision ou vision double), de pertes d’équilibre ou de coordination, de céphalées sévères sans explication et/ou de syncope ou perte de conscience.

 

Les facteurs de risque

 

La prévention de ces maladies varie en fonction de l’âge et du sexe, et passe par un contrôle régulier des facteurs de risque, tels que le tabagisme, la prise de poids, les antécédents, la sédentarité, la tension, le cholestérol, le diabète, l’alimentation, le stress… Avec votre pharmacien, vous pouvez évaluer votre risque cardio-vasculaire, grâce à un test qu’il peut vous proposer, mais aussi en mesurant votre glycémie et votre taux de cholestérol. A chacun de comprendre qu’à l’aide de mesures préventives simples à intégrer à son quotidien, il est possible de diminuer la mortalité due à ces graves pathologies de 30%.

 

Des risques aggravés pour les diabétiques

 

La présence d’un diabète multiplie par cinq la vulnérabilité du corps aux maladies cardio-vasculaires, avec pour conséquence une réduction de l’espérance de vie de sept à dix ans et une augmentation du risque de crise cardiaque mortelle. Parmi les facteurs liant l’apparition du diabète au développement ultérieur de maladies cardio-vasculaires se trouvent les anomalies lipidiques (niveau en excès), l’inflammation des parois des vaisseaux sanguins et l’hypertension artérielle.

 

Les mesures préventives

 

Une alimentation et un poids en équilibre. L’obésité constituant un risque majeur d’aggravation de multiples pathologies, il est important d’être vigilant à son poids. Les règles d’or d’une bonne alimentation sont connues : l’accent doit être mis sur les fruits et légumes, les protéines (viande maigre, œuf, poisson), et les sucres lents, sans sur-consommation de graisses saturées (charcuterie, fromage, beurre…), de sucreries et d’alcool. Sont à favoriser les acides gras mono-insaturés (huile d’olive, avocat, graisses d’oie et canard) et poly-insaturés de type omega 3.

L’IMC (indice de masse corporelle) permet de déterminer la corpulence d’une personne. L’OMS définit cet indice comme le standard pour évaluer les risques liés au surpoids. Vous pouvez le calculer ou le faire calculer par votre pharmacien. (IMC = Poids/Taille). Si votre IMC est supérieur à 25, vous êtes en surpoids et vous devriez consulter.

• La pratique d’une activité physique régulière : 30 mn d’exercices physique par jour et en continu améliorent la circulation sanguine, ralentissent le pouls, favorisent une bonne gestion du poids et du stress. Les meilleurs sports pour le cœur sont la marche, la course à pieds, la natation, le cyclisme… Ils nécessitent de l’endurance et peuvent être pratiqués à tout âge.

• L’arrêt du tabac. Ce dernier abîme petit à petit les artères en favorisant la survenue de spasmes, la formation de caillots et l’apparition de troubles du rythme cardiaque. Votre pharmacien est l’acteur de santé le plus disponible avec le tabacologue, pour vous aider et vous suivre dans son sevrage.

• Les contrôles du taux de cholestérol, de la pression artérielle et la glycémie permettent de vérifier vos niveaux de risque cardio-vasculaire et de prendre des mesures préventives. Votre pharmacien est compétent dans cette démarche de prévention. Notre conseil de Pharmacien  : Vous pouvez par exemple vous équiper à votre domicile d’un tensiomètre électronique, qui complétera parfaitement votre armoire à pharmacie et les ustensiles indispensables comme le thermomètre.

© MonGuideSanté.com

Posted in Bien être, Cardiologie, Troisième âge Tagged with: , , , ,