avril 24th, 2014 by Pharmacien

Se laver régulièrement le nez avec un jet d’eau salée est un excellent geste anti-rhume. En contact direct avec les polluants, allergènes, bactéries et autres virus, la muqueuse nasale joue un rôle essentiel de purification de l’air inhalé. Mais, lorsque les agressions deviennent trop importantes, une réaction inflammatoire locale peut se développer, se traduisant par un écoulement, des éternuements et une production excessive de mucus à l’origine d’une gêne respiratoire. Pulvériser une solution nasale dans les narines prévient l’inflammation et favorise le confort respiratoire en désobstruant les fosses nasales. Votre pharmacien est à même de vous conseiller le produit adapté.

Ce geste est essentiel chez les nourrissons qui ne savent pas se moucher. Il est recommandé d’effectuer le lavage avant les repas. L’enfant doit être couché la tête tournée sur le côté, et jamais en arrière pour éviter un spasme du larynx. La pulvérisation se fait dans la narine « du dessus » afin que le liquide ressorte par l’autre narine. Les sécrétions restantes doivent être aspirées au mouche-bébé.

Chez l’enfant qui sait se moucher et l’adulte, les pulvérisations se font la tête penchée au-dessus du lavabo, en bouchant à chaque fois une des narines. Un mouchage permet de se débarrasser des sécrétions.

Il existe plusieurs types de solutions nasales. Les salines à base d’eau de mer, dites isotoniques, ont une concentration en sel équivalentes à celle des fluides de l’organisme. Elles sont également riches en oligo-éléments et peuvent être utilisées quotidiennement si besoin. Les solutions hypertoniques sont très concentrées en chlorure de sodium pour favoriser la décongestion nasale et conviennent seulement aux nez bouchés. Les solutions avec antiseptiques et fluidifiants s’imposent dans les situations à risque infectieux, comme les premiers signes d’un rhume. Enfin, on trouve des solutions enrichies en sels minéraux (cuivre, soufre, manganèse) qui limitent les épisodes infectieux, récidivants ou allergiques. Dernier conseil de bon sens : il faut toujours utiliser ces solutions lavantes avant d’autres médicaments à administration nasale, et jamais après.

Source: topsante.com

Posted in Bébé Tagged with: , ,

mars 27th, 2014 by Pharmacien

Le pollen refait son apparition avec le retour du printemps et la floraison des végétaux. Selon un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), l’allergie aux pollens toucherait 30 % des adultes et jusqu’à 20 % des enfants en France. Concernant ces derniers, l’étude apporte des précisions. La prévalence de l’allergie aux pollens serait ainsi de 7 % chez les 6-7 ans, 20 % chez les 9-11 ans et 18 % chez les adolescents de 13-14 ans. Elle varie également d’une région à l’autre en fonction des différences de végétation.

[image src=’http://votre-pharmacien.fr/wp-content/uploads/2014/03/pollen-allergie.jpg’ width=’190′ height=’145′ title=’pollen plante’ align=’left’]L’Anses rappelle qu’il existe des prédispositions génétiques à cette forme d’allergie qui se manifeste principalement par des rhinites, des rhino-conjonctivites, et plus rarement par de l’asthme. Pour autant, elle peut toucher « n’importe quel individu, pour peu qu’il ait subi une exposition suffisamment intense et prolongée ». Autre facteur favorisant son apparition : le réchauffement climatique qui allonge la durée de la pollinisation et la pollution atmosphérique qui amplifie les réactions allergiques des sujets sensibles.

L’Agence émet plusieurs recommandations, comme d’améliorer la gestion des végétaux à pollen, notamment en milieu urbain, d’actualiser la surveillance des pollens en temps réel et de mieux informer les personnes allergiques sur les risques encourus.

Source: doctissimo

Posted in Santé publique Tagged with:

avril 30th, 2013 by Pharmacien

Le Danemark est à l’initiative d’une proposition visant à interdire la production et la commercialisation à l’intérieur de l’Union Européenne des produits en cuir contenant du chrome hexavalent. En attendant que la législation soit révisée, 30 % des articles en cuir (chaussures, sacs à main, gants, vestes, vêtements) contiennent plus de 3 mg de chrome hexavalent par kilo, soit la concentration maximale autorisée.

Le chrome hexavalent se forme pendant le processus de tannage du cuir qui nécessite le mélange de plusieurs produits chimiques. Il y a quelques années, des chaussures pour bébé, fabriquées en Chine, avaient été retirées du marché pour des seuils trop importants de chrome hexavalent susceptibles d’entraîner de graves problèmes d’allergies pour la peau. Ces dermatites sévères touchent le plus souvent les pieds ou les poignets quand le du port d’un bracelet de montre est en cause. Les autres produits en cuir comme les sacs à main provoquent moins de réactions car leur contact avec la peau est limité.

Entre 0,2 à 0,7% de la population est allergique au chrome hexavalent. Pour prévenir les risques, il est conseillé de se tourner vers les marques qui spécifient l’absence de chrome dans leurs produits. On doit aussi proscrire le port de chaussures en cuir sans chaussettes. Si les pieds ne sont pas secs, il faut éviter d’enfiler ses chaussures. L’humidité favorisant la sensibilisation, on évitera également de chausser des articles de cuir les jours de pluie.

Posted in Allergies Tagged with: , ,

Conseils pour mieux vivre avec les allergies
septembre 23rd, 2011 by Pharmacien

 

Démangeaison, nez qui coule, gêne respiratoire… sont autant de manifestations allergiques. Mieux vivre avec ses allergies nécessite tout d’abord de bien connaître l’allergène à l’origine de ces réactions indésirables et d’en privilégier l’éviction.

 

Conseils pour mieux vivre avec les allergies

Repérer les allergènes, c’est déjà un grand pas vers une vie plus sereine. Ils peuvent être aussi bien alimentaires, respiratoires que de contact et con- cerner des substances aussi banales et répandues que le pollen, les poils de chat, la poussière de maison, l’une des nombreuses substances contenues dans notre nourriture, les cosmétiques ou les médicaments. Voire même la simple exposition solaire !

Ces éléments de la vie courante peuvent en- traîner des réactions inappropriées voire démesurées de notre système immunitaire pouvant parfois aller jusqu’à la mort. C’est le cas, extrême, du choc anaphylactique, heureusement rare. Le plus souvent, l’allergie se traduit par un inconfort qui va de la simple gêne ponctuelle à une dégradation majeure de la qualité de vie. La première étape en cas de manifestations évoquant l’allergie est d’aller consulter son médecin, qui parfois, avec l’aide du spécialiste, va confirmer l’allergie et s’efforcer d’identifier l’allergène responsable.

Vous voulez déclarer la guerre aux allergies ?

 

Allergie au soleil, allergie alimentaire (au gluten, au lait…), allergie au pollen, allergie aux poils de chat et de chien, allergie cutanée au latex, les allergies sont nombreuses et épuisent notre corps. Heureusement, il existe des moyens de dépister et comprendre leurs origines, bien que certaines allergies sont encore l’objet d’origines troubles et que la pollution environnementale n’aide en rien en terme de progression des allergies sur la population.

Il n’est pas toujours possible d’identifier cet allergène ou de s’y sous- traire. Ainsi, de nombreux traitements permettent d’agir sur les symptômes. L’arsenal thérapeutique permet, si ce n’est de guérir, de restaurer autant que possible un confort de vie. Les réactions induites par la stimulation allergénique sont mises en route par le biais de médiateurs biologiques dont certains sont bien connus comme l’histamine. Ainsi, l’un des traitements les plus répandus est représenté par la famille des antihistaminiques.

Il existe de nombreux autres médicaments qui agissent à différents niveaux de cette réaction commençant par la désensibilisation dont le principe est de permettre à l’organisme de ne plus mettre en route ces différents mécanismes au contact de l’allergène connu.

Après une enquête sur notre environnement quotidien, des tests cutanés sont alors réalisés afin de confirmer ou d’infirmer la réalité de l’allergie. D’autres médicaments, très utilisés dans la maladie allergique, sont les corticoïdes dont l’action est plus complexe connue pour être un anti-inflammatoire puissant.

Depuis la découverte de la désensibilisation, il y a cent ans, d’énormes progrès ont été réalisés. La dernière nouveauté étant la désensibilisation par comprimé. « C’est une vraie révolution puisque, pour la première fois, le médicament sera disponible en pharmacie ! Le premier allergène en comprimé traite les allergies aux graminées et d’autres devraient suivre. Ces comprimés sont à prendre six mois par an sur une durée de trois ans », détaille le Professeur Charpin, pneumo allergologue chef de service, à la clinique des bronches, de l’allergie et du sommeil de l’Hôpital Nord de Marseille (13).

Pour réduire au maximum les risques de symptômes d’asthme, mieux vaut exclure rideaux, tapis, tableaux, peluches, vieilles couvertures en cas d’allergie aux acariens. Depuis quelques mois, des conseillères habitat-santé se rendent au domicile des particuliers, donnent des conseils et réalisent des prélèvements d’allergènes et de produits chimiques. « Elles interviennent à la demande du médecin lorsque l’on soupçonne le logement d’être à l’origine des maladies respiratoires. Leurs interventions sont actuellement prises en charge par certaines mutuelles mais pas par la Sécurité sociale », détaille Denis Charpin.

Plus complexe est l’allergie alimentaire que l’on détecte généralement après un accident allergique. Une ingestion de « Nutella® », par exemple, qui provoque des gonflements de la face. Depuis trois ans, les allergies alimentaires ont été multipliées par trois. Près de 8% des enfants souffrent d’allergies alimentaires et 4% des adultes.

« La désensibilisation aux allergies alimentaires n’existe pas même si des travaux de recherche sont en cours. Une fois que l’on sait à quoi on est allergique, il faut éviter de le manger à nouveau. C’est très contraignant pour la famille et cela a des conséquences sociales », explique Denis Charpin. Eviter de consommer des œufs ou de l’arachide devient alors une véritable gageure mais les allergiques n’ont pas le choix, la vigilance s’impose, basée sur la lecture attentive des étiquettes des aliments. Les tout petits doivent alors apprendre la frustration. A quelque chose malheur est bon, les familles d’allergiques alimentaires ont souvent une alimentation plus saine et équilibrée que la moyenne !

© MonGuiSanté.com

Bons plans MonGuidesanté.com

 

Posted in Actualité, Allergies, Bien être Tagged with: , , , ,

La maison est un nid à polluants et allergènes
septembre 21st, 2011 by Pharmacien

 

L’Automne vient de sonner à la porte, l’Hiver est proche. Ces saisons sont propices à rester chez soi, à faire du cocooning. Pourtant, comme le remarque Sébastien Roche, Pharmacien Titulaire, de pharmacie du Comtat à Carpentras (84), conseille de plus en plus de personnes concernées par les problèmes d’allergies y compris dans la maison.

 

L'allergie saisonnière et les allergies dans la maison

 

Nous sommes tous sensibilisés sur la pollution extérieure, mais à l’intérieur de la maison, les polluants ne manquent pas…

Sébastien Roche : En effet, leur liste est longue et variée… Vernis, peintures, lasures, produits ménagers, désodorisants, colles des moquettes et des papiers peints, formaldéhyde des meubles en agglomérés dégagent des composés organiques volatils (COV) qui peuvent provoquer problèmes respiratoires et allergies.

Pour leur part, les poêles à pétrole, gazinières, chauffe-eau produisent monoxyde de carbone et oxyde d’azote. Quant aux constructions, surtout les anciennes, elles peuvent notamment contenir du plomb.

Sans oublier des sources polluantes très courantes comme les acariens invisibles dans les coussins, rideaux, tapis, literie, les chats et dans une moindre mesure les chiens, non pas comme on le croit du fait de leurs poils mais à cause d’une protéine très allergisante au niveau de leur peau.

Certaines plantes comme le ficus ont une sève qui peut générer des allergies. Sans parler des moisissures, de la poussière, des phtalates utilisées pour assouplir les plastiques (pvc, meubles, jouets…), bougies parfumées, etc.

La maison est un nid à polluants et allergènesQuels sont les symptômes de l’allergie ?

Sébastien Roche : Les yeux grattent et pleurent, le nez coule (comme la rhinite allergique), on tousse, on a des rougeurs, des démangeaisons. Cela peut aller jusqu’à des crises d’asthme parfois sévères.

Si l’on a un terrain allergique, mieux vaut appliquer le principe de pré- caution et éviter dans la mesure du possible les sources allergisantes dans la maison.

Comment agir dans la maison pour prévenir les risques d’allergies ?

Sébastien Roche : Il faut déjà commencer par des gestes basiques: aérer son intérieur tous les jours une demi-heure environ, si possible très tôt le matin en période de pollinisation qui est une source d’allergie bien connue.

D’ailleurs, si vous êtes allergique au pollen, lavez-vous la tête le soir afin de ne pas polluer votre oreiller.

Ne bouchez pas les grilles d’aération et faîtes vérifier chaque année votre système de ventilation mécanique si votre domicile en est équipé. Ne chauffez pas au-delà de 20°, car moisissures et acariens adorent la chaleur, lavez souvent votre literie et utilisez une housse anti-acariens.

Préférez carrelage et parquet vitrifié à la moquette. Si vous devez peindre, choisissez une peinture sans COV et aérez jusqu’à huit jours notamment pour une chambre de bébé, si vous achetez des meubles, renoncez aux agglomérés avec formaldéhyde. Attention aussi aux plantes d’intérieur excepté les « dépolluantes » (palmier, aloé vera…).

Pensez à retourner leur terre afin d’éviter les moisissures qui se développent égale- ment sur les vieux journaux, cartons et aliments. Nettoyez régulièrement et en profondeur votre mai- son, sans oublier l’intérieur du réfrigérateur, les filtres de climatisation et de chauffage à air pulsé.

Quant à vos chats et chiens, tenez-les loin de la chambre d’enfants et rincez-les régulièrement à l’eau tiède… même s’ils n’aiment pas ça ! Le soir, éteignez télévision, ordinateurs, téléphone portable et débranchez le wi-fi. Enfin… N’oubliez pas de vous déchausser en rentrant chez vous.

Les conseils de MonGuideSanté.com

  • Pour désodoriser votre maison utilisez le Spray assainissant Aromathera
  • Si vous cherchez des produits naturels et bio pour l’entretien de votre maison, pensez à visiter la rubrique « La Maison » de notre parapharmacie en ligne

© MonGuideSanté.com

Posted in Allergies, Bien être, Hygiène Tagged with: , , , ,

décembre 7th, 2010 by Pharmacien

Le laboratoire Planter’s, spécialiste de l’Aloe Vera s’est lancé dans l’Acide Hyaluronique, marché porteur. Il semble que cette stratégie n’ai pas fonctionné car on trouve de plus de produit de la marque en vente privée: Sur Beauté Privé profitez d’une de leur nouveauté à 50 % !

On imagine que les distributeurs, en général des pharmacies ou parapharmacies, doit avoir des soucis à écouler la marque face a des casseurs de prix tels que les sites internet de déstockage.  On leur impose de plus la présence d’un pharmacien pour pouvoir vendre ces produits, hors à première vue, aucun pharmacien sur beauté privé…

La réalité pour le laboratoire Planter’s vient plus vraisemblablement d’une non reconnaissance de la qualité, ou au moins de l’efficacité, de ses produits, ce qui conduit nécessairement à un déstockage par le prix…

Posted in Parapharmacie Tagged with: , ,

juillet 28th, 2010 by Pharmacien

Depuis que les premiers bergers ont commencé à en boire, voilà près de douze mille ans, le lait symbolise la pureté, l’abondance et la bonne santé. Mais l’élixir de croissance des enfants fait aujourd’hui l’objet de suspicions. Relayés par des dizaines de forums sur Internet, des médecins et des thérapeutes adeptes des médecines douces l’accusent d’être indigeste, trop gras et responsable de toute une série de pathologies, des plus bénignes aux plus graves: otites, rhumatismes, diabète, sclérose en plaques, autisme, cancers…

« Des résidus d’hormones, antibiotiques et toutes sortes de produits chimiques donnés aux vaches pour booster leur production se retrouvent dans le lait », assure Daniel Kieffer, président de la Fédération nationale de naturopathie (Fenahman).

Pour Thierry Souccar, auteur de Lait, mensonges et propagande, sa bonne réputation a été créée de toutes pièces par les campagnes publicitaires du lobby laitier, sur des affirmations sans fondement. Les contempteurs de la mamelle vont jusqu’à affirmer que son rôle dans la fixation du calcium est marginal, déclarant même que le lait favoriserait… l’ostéoporose.

Est-ce un effet de ces discours lacto-sceptiques? La consommation de lait a baissé de plus de 20% ces dix dernières années. Au point que la filière, soutenue par les pouvoirs publics et l’Union européenne, ressent le besoin urgent de redorer son image. Le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel) a dégagé, en juin, une enveloppe de 5,9 millions d’euros pour financer une nouvelle campagne de promotion, avec le tennisman Gaël Monfils en guest star.
Les français craignent le lait

Une étude de l’Ifop dresse un constat alarmant: 16% des Français craignent les effets de la consommation de lait sur leur santé, et 20% doutent de sa qualité. Une inquiétude non fondée, martèle Koenraad Duhem, directeur scientifique du Cniel: « L’utilisation d’hormones a toujours été interdite en France et elle est bannie depuis 1988 dans toute l’Europe. Si le rendement des vaches laitières a quasi doublé en vingt ans, c’est grâce à l’amélioration des méthodes de sélection des élevages. »

Il n’empêche, les rumeurs enflent. Autre crainte récurrente: boire trop de lait donnerait le cancer. Des études, parfois contradictoires, souvent mal interprétées, entretiennent la confusion. Dernière en date: une enquête conjointe de l’université de Montréal, au Canada, et de l’Institut européen du cancer établit un lien entre une consommation élevée de lait et le cancer de la prostate. Absorber 470 grammes de lait par jour multiplierait par deux le risque de développer une tumeur, par rapport à une consommation quotidienne de 125 grammes.

Source: l’Express.fr

Posted in Actualité Tagged with: , ,