Trop de sel dans les comprimés effervescents ?

Une étude publiée dans le British Medical Journal dénonce la quantité trop importante de sodium dans les médicaments effervescents. A la posologie la plus courante, certaines spécialités apporteraient autant de sodium que la dose journalière maximale conseillée. Ils augmenteraient donc le risque cardiovasculaire.

Une équipe du Ninewells Hospital de Dundee, en Grande-Bretagne, a analysé les conditions de survenue d’accidents cardiovasculaires au sein d’une cohorte de 1,3 million de personnes suivies entre 1987 et 2010. « Les patients à qui ont été prescrits des médicaments, effervescents ou dispersibles, contenant du sodium ont plus d’incidents cardiovasculaires que les autres », concluent les chercheurs. Certains comprimés renferment 427,8 mg de sodium, soit la même quantité que dans 1 gramme de sel de table. Autrement dit, les patients concernés par ce type de prescription avalent en moyenne 6,29 g de sel par jour rien qu’avec leurs médicaments, alors que la recommandation de l’OMS limite cette consommation quotidienne à 5 g.

Le Pr Michel Krempf, président du Salt (un groupe d’experts créé en 2010 pour encourager la réduction du sel dans l’alimentation), se félicite que l’étude mette en lumière l’importance des apports en sel hors alimentation. Pour le Pr Jacques Blacher, cardiologue et épidémiologiste à l’Hôtel-Dieu, il faut toutefois relativiser ces résultats et rappeler que l’augmentation du risque cardiovasculaire due au médicament reste limitée. D’après Carine Gransard, pharmacienne au centre hospitalier de Béthune, qui a recensé 87 spécialités d’usage courant dont la posologie recommandée apporte en moyenne 2 g de sel par jour, il est toutefois recommandé de proposer « des formulations sans sodium pour les patients hypertendus ».

www.sante.lefigaro.fr

décembre 9th, 2013 by