Des compléments alimentaires à base d’igname dangereux pour la santé.

Un adulte sur cinq et un enfant sur dix consomment au moins une fois par an des compléments alimentaires. Pour permettre d’identifier d’éventuels effets indésirables liés à cette consommation, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient de créer un dispositif de nutrivigilance.

Ce nouveau dispositif a également pour mission de surveiller les boissons et aliments qui font l’objet d’ajout de substances à but nutritionnel ou physiologique (dits aliments enrichis), les produits destinés à une alimentation particulière et les nouveaux aliments. Les signalements sont analysés par un comité technique, discutés avec les industriels concernés et les autorités de tutelle afin d’identifier des situations à risque qui peuvent ensuite faire l’objet d’une expertise collective et d’un avis validé rendu public.

Récemment l’Anses a recensé onze déclarations d’effets indésirables, dont six lésions hépatiques, chez des patients ayant consommé deux types de compléments alimentaires d’une même gamme de produits à base d’extrait d’igname, une plante exotique. Certains de ces produits sont vantés pour pallier les désagréments de la ménopause comme les bouffées de chaleur, l’irritabilité, ou encore les troubles du sommeil. Marie Favrot, conseillère Anses, a tenu à rassurer sur le fait que « tous ces effets indésirables ont été réversibles et sans séquelles».

Source: doctissimo.fr

décembre 10th, 2010 by