On peut arrêter de fumer pendant 30 jours grâce à Internet et au téléphone !

L’arrêt total d’un tabagisme chronique reste une gageure dans la plupart des cas. L’addiction est forte et rares sont les moyens pharmacologiques ou autres susceptibles d’aboutir à un résultat durable. De ce fait, il y a une large place pour toutes les interventions un tant soi peu innovantes.

Le recours à Internet a déjà fait des émules, mais le bénéfice reste modeste. Une autre stratégie plus performante a priori pourrait consister à combiner des messages envoyés sur « la toile » et par téléphone en espérant obtenir ainsi une synergie. Ainsi, l’utilisation d’Internet pourrait être optimisée grâce à une stratégie personnalisée avec un contenu ad hoc et un soutien social et couplée à une relation téléphonique « pro- active » (TPA) opérant au travers de conseils judicieux.

L’étude QUITT (Quit Using Internet and Telephone Treatment) a évalué cette approche originale dans le cadre d’une étude randomisée qui a inclus les patients dans trois groupes, respectivement utilisation basique d’Internet (IB), utilisation optimisée d’Internet (IO) et IO+TPA. L’essai a été réalisé aux Etats-Unis, entre le 8 mars 2005 et le 30 novembre 2008. Il a porté sur 2 005 participants (âge moyen, 35,9+/-10,8 ans ; 51,1 % de femmes) considérés comme fumeurs, dès lors que leur consommation de cigarettes dépassait 5 par jour. Au terme d’un suivi de 18 mois, 68,2 % des participants restaient en lice. Le seul et unique critère d’efficacité a été une abstinence d’au moins 30 jours consécutifs constatée à plusieurs reprises, respectivement 3, 6, 12 et 18 mois après le tirage au sort.

La prévalence d’un tel succès a été estimée, dans les groupes IB, IO et IO+TPA, à respectivement 3,5 %, 4,5 % et 7,7 %, la différence intergroupe étant statistiquement significative. Si l’on se contente d’une seule phase d’abstinence d’au moins 30 jours, la prévalence de ce demi-succès est alors, dans les groupes précédents, de respectivement 19,0 %, 17,4 % et 19,6 %, mais dans ce cas de figure, il n’existe plus de différence intergroupe statistiquement significative.

Source: Dr Philippe Tellier (Graham AL et coll. : A Randomized Trial of Internet and Telephone Treatment for Smoking Cessation. Arch Intern Med 171: 46-53.)

février 28th, 2011 by