Stress au travail: Plus de risque de maladie cardiaque

Le stress au travail est, depuis plusieurs dizaines d’années, un facteur reconnu de pathologies coronaires. Mais la compétition économique mondiale a modifié les conditions de travail, introduisant plus de flexibilité, des restructurations, des restrictions de personnel et ce dans presque tous les domaines d’activité. Et plus que le stress au travail, de nombreuses personnes sont maintenant exposées à l’insécurité professionnelle. Il était donc intéressant d’enquêter sur cette situation, qui, si elle n’est pas nouvelle, touche de plus en plus d’individus.

Une méta-analyse a été récemment publiée par le British Medical Journal, réalisée dans l’objectif de préciser l’association entre le sentiment d’insécurité du travail et la survenue d’une insuffisance coronaire. Les auteurs ont suivi pendant une dizaine d’années près de 175 000 personnes.

Pendant cette période, 1 892 cas de pathologies coronaires ont été répertoriés et l’analyse de ces cas permet d’affirmer que l’insécurité de l’emploi est associée à une augmentation du risque de pathologie coronaire (Risque relatif [RR] 1,32 ; intervalle de confiance à 95 % [IC] 1,09 à 1,59). Ce résultat est toutefois à nuancer, car en partie attribuable à des facteurs socio-démographiques comme le statut socio-économique et les facteurs de risque connus de coronaropathie (tabac, sédentarité, alcool, surpoids ou obésité). Après ajustement pour plusieurs de ces covariables, le risque relatif apparaît bien plus modeste (RR 1,19 ; IC 1,00 à 1,42).

Plusieurs questions restent toutefois en suspens de l’avis même des auteurs. Il s’agit notamment de l’influence sur le risque coronaire des troubles psychiques qui peuvent accompagner le sentiment que la sécurité de l’emploi est menacé tout comme les éventuelles difficultés financières. L’étude n’avait pas été conçue pour évaluer avec assez de précision ces facteurs potentiellement confondants.

Source: Dr Roseline Péluchon (Virtanen M et coll. : Perceived job insecurity as a risk factor for incident coronary heart disease: systematic review and meta-analysis. BMJ 2013;347:f4746)

août 20th, 2013 by