Les lipides provoquent une somnolence, les glucides favorisent la vigilance

L’alimentation influence la somnolence et la vigilance, ce qui est perçu subjectivement mais qui est également mesurable objectivement. Cette observation est le résultat d’une étude américaine publiée dans la revue Sleep, qui sera présentée en juin lors du Congrès annuel de l’Associated Professional Sleep Societies LLC (SLEEP 2013) à Baltimore (États-Unis).

L’étude a été menée auprès de 31 personnes en bonne santé non obèses, âgées de 18 à 65 ans, et ne présentant aucun trouble du sommeil. Les sujets ont passé quatre nuits consécutives dans un laboratoire du sommeil et ont subi un test itératif de latence d’endormissement (TILE). En outre, pour évaluer les effets de l’alimentation, ils ont reçu cinq repas.

L’étude a montré que l’augmentation des apports lipidiques augmentait la somnolence diurne, tandis que l’augmentation des apports glucidiques favorisait la vigilance. Les apports protéiques n’avaient pas d’effet sur la somnolence ou la vigilance. Des facteurs tels que l’âge, le sexe, l’IMC, la durée du sommeil et les apports caloriques totaux ne jouaient aucun rôle.

Dans la société moderne, la somnolence diurne et l’épuisement sont accrus et de plus en plus répandus, d’après le directeur de l’étude, Alexandros Vgontzas, de la faculté de médecine de l’Université de Pennsylvanie (États-Unis). « Il semble qu’une alimentation riche en lipides diminue considérablement la vigilance, ce qui pourrait avoir des répercussions sur les capacités d’un individu, mais également sur la sécurité publique », a-t-il averti.

mai 15th, 2013 by