Le stress augmente le risque d’Alzheimer

Une étude publiée récemment par BMJ Open suggère que des épisodes particulièrement stressants au cours de l’existence augmentent le risque de développer une démence en fin de vie.

Pour parvenir à cette conclusion, des chercheurs de l’université de Göteborg, du Karolinska Institutet, en Suède, et de l’université d’État de l’Utah, aux Etats-Unis, ont analysé les données relatives à 800 femmes suédoises âgées de 38 à 54 ans. Pendant 37 ans, les participantes de cette cohorte ont été soumises à des examens psychiatriques et été interrogées sur leurs sentiments de stress, angoisse et détresse. Au cours de ce suivi, 153 participantes (19,1%) ont développé une démence, qu’il s’agisse de la maladie d’Alzheimer ou d’une démence vasculaire.

Les chercheurs ont montré que le nombre d’épisodes de stress grave ou répété, comme un divorce, le décès d’un proche, des difficultés avec un enfant ou la perte d’un emploi, était clairement associé à une augmentation du risque de développer la maladie d’Alzheimer. Ces évènements angoissants n’ont toutefois aucun lien avec la démence vasculaire.

Les auteurs recommandent d’attendre la confirmation de ces résultats par d’autres études avant de mettre en place des actions de prévention spécifiques. Celles-ci pourraient consister en des thérapies sur la gestion du stress à l’âge adulte.

octobre 7th, 2013 by