« French Paradox »: Le resvératrol remis en question

Selon une étude américaine parue dans la revue Jama Internal Medicine, l’effet protecteur du vin rouge contre les maladies cardiovasculaires ou le cancer ne serait guère dû au resvératrol, ce polyphénol présent naturellement dans les raisins rouges ou d’autres aliments, comme le chocolat.

Antioxydant et anti-inflammatoire, le resvératrol a souvent été mis en avant pour expliquer le fameux « French paradox ». Malgré la richesse en matières grasses de la cuisine française, en particulier celle du Sud-Ouest, les Français affichent une bonne santé si l’on compare de nombreux indicateurs avec ceux des Anglo-saxons. Pourtant le mythe du vin protecteur est aujourd’hui en passe d’être récusé. Les chercheurs ont analysé les données médicales de 783 Italiens de plus de 65 ans de deux villages de Toscane entre 1998 et 2009.

Cette région a été choisie en raison de sa production de Chianti, célèbre vin rouge. Les niveaux de dérivés de resvératrol contenus dans les échantillons d’urine des participants ont notamment été mesurés. Résultats : l’espérance de vie des volontaires qui avaient la plus forte concentration de resvératrol dans les urines n’était pas plus importante que celle des habitants ayant la moins forte concentration. En outre, la présence de ce polyphénol n’était pas non plus associée à une incidence plus faible de maladies cardiaques ou de cancers.

Source: sante.lefigaro.fr

mai 20th, 2014 by