En cas de faute en urgence, un médecin de garde sera jugé comme un urgentiste

Un médecin généraliste de garde pourrait désormais être sanctionné pour avoir dispensé des soins en urgence « au-delà de ses compétences », selon l’avis suivi par la Cour de cassation qui pourrait faire jurisprudence en cas de confirmation en cours d’appel.

A la suite d’une plainte pour erreur de diagnostic à l’origine d’un traitement inadapté, la Cour de cassation considère en effet (article 70 du code de déontologie) que ledit praticien « n’avait pas qualité de médecin urgentiste pour l’exonérer de sa responsabilité alors qu’il est fait déontologiquement obligation à tout praticien de s’abstenir, sauf circonstances exceptionnelles, d’entreprendre ou de poursuivre des soins ou de formuler des prescriptions dans des domaines qui dépassent ses connaissances, son expérience et les moyens dont il dispose ».

Dans ce cas précis, un urgentiste est incriminé d’avoir diagnostiqué une fracture simple alors qu’il aurait dû déceler une fracture de Monteggia.

Source: Egora.fr

décembre 13th, 2010 by