Et si c’était mon coeur ?

« A l’occasion de la journée européenne de l’insuffisance cardiaque, le 7 mai, la Société française de cardiologie lance, avec l’appui de la Fédération française de cardiologie, un dispositif d’information auprès du grand public et des professionnels de la santé sur cette pathologie qui représente près de 10 % des patients hospitalisés en Europe », relate Le Quotidien du Médecin.

« Et si c’était mon coeur ? » est la question qu’il ne faut pas oublier de se poser, rappelle une affiche qui sera diffusée auprès des professionnels de santé et dans les hôpitaux, à partir du 7 mai prochain. « La gravité de cette pathologie chronique (la mortalité est de 50 % à 5 ans à partir de l’apparition des premiers symptômes) et les enjeux de santé publique qu’elle représente en raison de son incidence croissante ont conduit les cardiologues à modifier les modalités de traitement en proposant une prise en charge éducative du patient ».

« À la fin des années 1990, les études montraient que 40 % des insuffisants cardiaques étaient réhospitalisés en raison d’une mauvaise observance de leur traitement et d’une méconnaissance des signes d’alerte d’une décompensation », note le journal.

Source: Le Quotidien du Médecin

mai 6th, 2010 by