USA: La viande transformée nuit à la fertilité masculine

Le bœuf aux hormones de croissance est au cœur d’un conflit qui oppose les Etats-Unis et l’union européenne depuis les années 80. Outre-Atlantique, 96 % des bovins fournisseurs de viande sont traités aux hormones pour grandir plus vite et être prêts à partir à l’abattoir, 15 à 20 jours avant la date requise pour un animal dont la croissance est naturelle. L’UE refuse ce mode d’élevage en arguant qu’il existe de sérieux doutes quant aux effets des hormones sur la santé humaine et notamment la reproduction.

Une nouvelle étude donne raison à cette argumentation. Des chercheurs de la Harvard School of Public Health ont voulu savoir comment la viande produite aux États-Unis influence la fertilité des consommateurs. En analysant plus de 350 échantillons de sperme de 156 hommes suivis par un centre de fertilité et interrogés en détail sur leur alimentation, ils ont observé que les hommes qui mangent beaucoup de viande transformée, comme le bacon et les saucisses, ont un sperme d’une qualité inférieure à ceux qui n’en mangent pas. La morphologie de leurs spermatozoïdes (la taille et la forme des structures cellulaires) est anormale, ce qui contribue à accroître le risque d’infertilité. A l’inverse, manger du poisson blanc, comme le cabillaud ou le flétan, a un effet positif sur la forme des spermatozoïdes et manger des poissons gras, comme le saumon et le thon, augmente le nombre de spermatozoïdes.

Dans la revue américaine Human Reproduction, les chercheurs soulignent que « cette étude confirme toutes les précédentes études sur la fertilité » et qu’ « une alimentation saine fabrique des spermatozoïdes sains ».

Source: Topsante.com

octobre 29th, 2013 by