Comment manger des aliments frits tout en préservant son capital santé ?

Comment manger des aliments frits tout en préservant son capital santé ?

Les aliments frits sont souvent discriminés et quand bien même leur impact sur notre santé, il est difficile de se priver de certains plats délicieux et composés de fritures. Passer des périodes festives comme Carnaval, en se privant de beignets ou autres mets de la sorte reste délicat, surtout pour les personnes sensibles et attachés à une diététique rigoureuse. Pourtant, comme le signale une nouvelle étude, il est possible de continuer à consommer des fritures (de façon raisonnable) sans faire de mal à notre santé. Selon cette étude récente, l’huile de tournesol ou d’olive ne sont pas liées aux maladies cardiaques.

Etude réalisée par une équipe espagnole, publiée dans le British Medical Journal (version en ligne), les auteurs soulignent toutefois que leur étude a eu lieu en Espagne. Pays méditerranéens où l’huile d’olive ou de tournesol sont utilisées pour la friture, leurs résultats ne seront probablement pas les mêmes dans un autre pays où les huiles solides et réutilisés ont été utilisées pour la friture.

Dans les pays occidentaux, la friture (salée ou sucrée) est l’une des méthodes les plus courantes de cuisson. Lorsque la nourriture est frite, elle devient plus calorique parce que la nourriture absorbe la graisse des huiles. Tout en mangeant plus d’aliments frits, on constate une augmentation de certains facteurs de risque cardiovasculaire comme l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie et l’obésité. Bien qu’aucun lien entre les aliments frits et les maladies cardiaques ne soit totalement scientifiquement validé, les fritures seraient soupçonnées d’y participer.

Ainsi, les auteurs de cette étude, dont l’équipe est dirigée par le Pr Pilar Guallar-Castillon de l’Université Autonome de Madrid, ont étudiés et interrogés les méthodes de cuisson de 40 757 adultes âgés de 29 à 69 ans sur une période de 11 années. Des enquêteurs formés ont interrogé les participants sur leur alimentation et les méthodes de cuisson. Aucun des participants n’avaient une maladie cardiaque lorsque l’étude a débuté. Durant le suivi des participants à l’étude, il y eu 606 événements liés aux maladies cardiaques et 1134 décès.

Les auteurs concluent que dans un pays méditerranéen où les huiles d’olive et de tournesol sont les graisses les plus couramment utilisées pour la friture, et où de grandes quantités d’aliments frits sont consommés à la fois dans le foyer familiale et hors de leur maison, aucune association n’a été observée entre la consommation d’aliments frits et les risques de maladie coronarienne ou de mort.

Bien que la friture soit généralement mauvaise pour le cœur, cela ne signifie pas qu’il faille s’en priver totalement. Il s’agit surtout de consommer intelligemment, sans en abuser et en faire un repas fréquent,  et en ajoutant que les aspects spécifiques de chaque friture sont pertinents, tels que le type d’huile utilisé. Par conséquent, l’utilisation d’une huile de Tournesol ou une huile d’Olive de qualité et de préférence Bio, vous permettront de continuer à consommer vos fritures préférées.

La friture est mode de cuisson qui repose sur une immersion d’aliments dans un bain de matière grasse à très haute température (environ 130 à 190°C). Cette cuisson peut transformer et/ou altérer nombreux atouts de l’aliment consommé. Les sucres se transforment en caramel, les amidons sont plus digestes, et les protéines de surface se figent.

Sensibles à la chaleur, les vitamines comme la vitamine C, perdent leurs forces et se dégradent en partie. La perte des vitamines, la difficulté de digestion, et la possible prise de poids par l’apport calorique et la richesse des matières grasses, sont autant de facteurs qui doivent nous sensibiliser à consommer les fritures de manière intelligente, afin d’en profiter le plus longuement possible, en préservant notre capital santé.

© MonGuideSanté.com

  • N’oubliez pas de visiter notre rubrique Alimentation Santé et profitez des offres spéciales quotidiennes en vous inscrivant à la Newsletter MonGuideSanté !

 

Sources :

• « Consumption of fried foods and risk of coronary heart disease: Spanish cohort of the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition study », BMJ 2012; 344 doi: 10.1136/bmj.e363, 24 Janvier 2012, http://www.bmj.com/content/344/bmj.e363

• « Fried foods and the risk of coronary heart disease », BMJ 2012; 344 doi: 10.1136/bmj.d8274, 24 Janvier 2012, http://www.bmj.com/content/344/bmj.d8274

janvier 28th, 2012 by Pharmacien