Category: Homéopathie

Conséquences générales du stress sur le corps
décembre 1st, 2011 by Pharmacien

 

Stress et santé sont étroitement liés. Il est bien connu que le stress, que ce soit un stress rapide et passager ou un stress constant, peut induire des troubles risqués et nuire au corps et à l’esprit.

Les troubles immédiats tels que des vertiges, l’anxiété, la tension artérielle, l’insomnie, la nervosité et les crampes musculaires peuvent tous entraîner des problèmes de santé chroniques. Dans le long terme, ils peuvent aussi influer sur notre système immunitaire, notre santé cardiovasculaire et notre état nerveux.

 

Conséquences générales du stress sur le corps

 

Le stress et les problèmes cardiovasculaires

 

Les opinions divergent sur l’opportunité du stress et de son incidence sur les maladies cardio-vasculaires. La recherche montre que chez certains individus, le stress ne contribue pas à l’hypertension artérielle, taux élevé de cholestérol, et d’autres facteurs de risque cardiaque comme la toxicomanie et l’obésité.

Fréquemment le stress et ses réponses sur notre corps à pour fâcheuse tendance d’augmenter une multitude de molécules potentiellement dangereuses pour sur la santé du cœur. Ce sont des lipoprotéines de basse densité (LDL, la mauvaise forme du cholestérol) et d’autres types de lipides tels que les triglycérides. Parce que le stress retarde le traitement et le dédouanement de ces matières grasses, leur accumulation met les gens à risque de développer l’athérosclérose (ou artériosclérose) et d’autres maladies du cœur.

En réponse au stress quotidien, les réactions extrêmes montrent un niveau élevé de palpitations et de la pression du sang dans leur corps. Selon une recherche médicale, ces ondes peuvent progressivement entraîner des blessures aux artères coronaires et au cœur. L’ischémie cardiaque peut provoquer soit l’angine (douleur thoracique) ou une attaque cardiaque (réelle mort du muscle cardiaque). Près de la moitié de ces patients qui souffrent de l’ischémie pendant l’exercice peuvent faire l’expérience d’un stress mental, et ce groupe de patients sont plus susceptibles de souffrir de complications cardiaques.

Il est évident que les gens qui vivent dans des conditions stressantes et chroniques sont plus susceptibles de commencer à fumer, boire de l’alcool et abuser de substances (médicaments, prescrits ou non), et se répartissent aussi en troubles de l’alimentation (habitudes alimentaires malsaines). Les médecins disent que tous ces comportements sont liés au stress et ont un effet direct sur le développement des maladies coronariennes (L’hypertension avec le facteur de l’âge aussi). Il est également connu pour varier en fonction des heures différentes de la journée. Mais, il a été médicalement prouvé que les troubles émotionnels et psychologiques peuvent avoir une influence sur la pression artérielle des êtres humains.

Troubles liés aux défenses immunitaires

 

Le stress est connu pour aggraver de nombreuses fonctions immunitaires liées aux conditions médicales, y compris le diabète. Le cortisol produit au cours du de situations de stress peuvent supprimer le corps de la réponse immunitaire, en augmentant la susceptibilité aux maladies infectieuses.

Les résultats de recherches récentes ont également montré que les stress de vie et des événements liés peuvent accélérer la progression de sida de patients atteints du VIH. L’étude montre que la progression de la maladie de sida a été plus rapide en présence d’une vie stressante, en l’absence de systèmes de soutien social, de l’attitude négative en tant que mécanisme d’adaptation, et des niveaux élevés de cortisol.

Les études suggèrent également que les fréquentes ou chroniques conditions de stress permettent d’accroître les chances d’infections bactériennes comme la tuberculose et le streptocoque.

Asthme et stress

 

Chez les patients asthmatiques, une situation de stress peut rendre les voies respiratoires plus réactive et précipiter une crise.

Stress, ulcères et troubles digestifs

 

Dans des conditions sévères de stress l’approvisionnement de sang à l’estomac est limité, ce qui entrave la normalité des fonctions digestives. En outre, la fonction de l’intestin est contrôlée en partie par le système nerveux, qui à son tour est directement affectée par le stress. Ces conditions, dont l’alimentation durant le stress peut compenser les troubles gastro-intestinaux comme l’ulcère ou le syndrome du côlon et son irritabilité. Le stress peut donc aggraver ces symptômes surtout si quelqu’un souffre déjà de troubles gastro-intestinaux.

Stress, migraines, maux de tête et mal de dos

 

Il est maintenant établi que le stress, l’évaluation cognitive, l’adaptation et la migraine sont mutuellement liées. Le stress est nuisible à l’organisme tout entier et peut provoquer des maux de dos, des douleurs au cou et des maux de tête. L’apprentissage de la relaxation par la respiration ou encore avec le mouvement régénérateur simple comme celui développé par le japonais Haruchika Noguchi, permettent de réactiver la capacité de l’organisme à maintenir par lui-même son équilibre.

Stress, neurodégénérescences et maladies cancéreuses

 

Un « chemin de rupture » de la Recherche menés dans le début des années 1990 a montré que le stress induit une réduction de lymphocytes T (globules blancs qui détruisent les cellules cancéreuses) dans le corps humain conduisant à une augmentation des métastases. Des études passées et récentes sur les femmes souffrant de cancer du sein rétablissent la constatation précédente et confirment le fait que les facteurs de stress causent un plus bas niveaux d’activité physique et des défenses des cellules dans le corps.

Le stress chronique induit des changements et la réduction de l’homéostasie immunitaire, qui tend à compromettre l’équilibre entre oxydants et antioxydants dans le corps. De nombreuses études en cours ont montré aussi que la modification de cet équilibre en faveur d’oxydants peut entraîner des réactions pathologiques qui provoquent des troubles fonctionnels et des maladies comme le cancer et ou la maladie d’Alzheimer. Il peut également accélérer le processus de vieillissement du corps. En effet, le stress augmente l’oxydation des molécules du corps. (La multiplication des cellules déformées pouvant se définir dans le cancer.)

D’ailleurs, dans son traité sur les tumeurs, « De Tumoribus », le médecin grec Galien, a noté que les femmes mélancoliques risquent plus facilement  un développement du cancer du sein, par rapport à celles qui restent plus optimiste et joyeuses. Le mot d’ordre serait donc d’assumer le stress quotidien en palliant ses méfaits par la volonté profonde d’être bien, de mimer le bonheur pour l’engendrer et rester optimiste et objectif le plus possible.

Source Photo d’en-tête via

Posted in Bien être, Fiches santé, Homéopathie, Phytothérapie Tagged with: , , , , , , ,

Echinacée angustifolia : pour combattre le froid et renforcer les défenses
novembre 27th, 2011 by Pharmacien

 
Stimulante de nos défenses immunitaires, anti-inflammatoire, antibiotique, détoxifiante, favorise la transpiration, cicatrisante, antiallergénique… Les vertus de l’échinacée sont nombreuses.

Echinacée angustifolia : pour combattre le froid et renforcer les défenses

 

Remède de première ligne pour les périodes de froid (contre la goutte au nez par exemple), l’échinacée fait parler de plus en plus d’elle. Déjà très présente dans les placards des adeptes de phytothérapie, l’échinacée est connue depuis très longtemps. Les Indiens des grandes plaines américaines utilisaient les échinacées et depuis longtemps ces plantes fleurissent l’Europe.

Proches de la marguerite, les échinacées illuminent les jardinets par des couleurs vives, et les papillons en raffolent. Dénombrant un variété importante, les échinacées utilisées en phytothérapie sont principalement extraits de trois espèces : l’échinacée angustifolia, l’échinacée purpura et l’échinacée pallida.

Par contre, l’échinacée purpura semble susciter le plus d’engouement dans le monde de la recherche médicale. Le rhizome de l’Echinacea était utilisé par les Indiens des plaines d’Amérique du Nord, et peut-être plus que toute autre plante, dans l’élaboration de remèdes médicinaux. Dans les années trente, l’Echinacea devint populaire à la fois en Europe et aux États-Unis comme une médecine du peuple. L’Echinacea s’est vu attribuer la capacité de renforcer les défenses du système immunitaire de l’organisme et d’aider à la prévention des infections.

Aider les défenses Naturelles

 

L’échinacée est une plante contenant des polysaccharides connus pour leurs propriétés favorables sur l’immunité. Leur concentration est optimale dans la plante fraîche. L’échinacée renforce les défenses naturelles de l’organisme. Elle est indiquée dans la prévention des infections des voies respiratoires et permet de surmonter plus rapidement les rhumes, les grippes et infections diverses lorsqu’elles sont déjà installées.

Il est possible de trouver de nombreux produits contenant de l’échinacée, et actuellement on retrouve aussi de nombreux produits uniquement obtenus avec cette plante. En usage internegélules d’échinacée, teintures mères, suc de plante fraîche, etc. – ou externe (crème ou onguent, qui aident à la cicatrisation des blessures, des ulcères et des inflammations). On peut la consommer de plusieurs manières, comme en infusion, décoction, teinture mère, gargarisme à base d’infusion en cas d’angine…. Bien entendu, l’usage de cette plante médicinale est recommandée, mais il est important d’avoir l’avis d’un professionnel en fonction de son utilisation.

L’échinacée donne de bons résultats, même si son effet peut varier d’une personne à l’autre, il apparaît dans plusieurs études publiées (2007) que la réduction des symptômes du rhume (congestion et écoulement nasal, mal de gorge, céphalées, frissons…), se manifeste de manière évidente.

Une plante proche de son environnement

 

Certaines espèces d’Echinacea, notamment E. purpurea, E. angustifolia et E. pallida sont cultivées en tant que plantes ornementales dans les jardins. Les espèces appropriées sont utilisées dans la restauration des prairies. D’autres espèces encore sont utilisées pour la constitution de stocks de fourrage ; l’abondance de ces plantes dans les zones de passage des animaux sont un soi-disant indice de bonne santé de ces surfaces.

© MonGuidesSanté.com

Posted in Actualité, Bien être, Fiches santé, Homéopathie, Prévention Tagged with: , , ,

La ménopause : étape naturelle de la vie
octobre 3rd, 2011 by Pharmacien

 
La ménopause est une étape naturelle de la vie qui survient généralement entre 45 et 55 ans, entraînant chez la femme divers changements, tant physiques que psychologiques, parfois désagréables à vivre. Les solutions pour y remédier. 100% Femme.
 

La ménopause : étape naturelle de la vie 

La ménopause n’arrive pas brutalement. Cet arrêt des règles est précédé d’une période plus ou moins longue, la périménopause, au cours de laquelle la production d’hormones fémininesprogestérones puis œstrogènes – va progressivement diminuer. Jusqu’à s’arrêter. C’est au cours de cette phase que certaines femmes vont devoir faire face à certains symptômes, même si chacune d’entre elles vit ce moment différemment : environ 25 % d’entre elles ne présentent aucun trouble au moment de la ménopause (en dehors de la diminution progressive des règles), 50% signalent des modifications discrètes et 25 % se plaignent d’un des signes suivants : bouffées de chaleur, relations sexuelles douloureuses, sécheresse de la peau, troubles de l’humeur, prise de poids

La prise d’une pilule contraceptive ne modifie pas l’âge auquel la ménopause se produit naturellement, elle peut juste en atténuer certaines manifestations car elle apporte de faibles quantités d’hormones. Même si les pilules très minidosées ne permettent pas toujours de supprimer les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale ni la fatigue…
 

Les bouffées de chaleur

 
Cette sensation soudaine d’une élévation de la température corporelle avec des rougeurs du visage, est favorisée par la dilatation des vaisseaux sanguins. Chez certaines femmes, elles sont très discrètes, très gênantes chez d’autres avec des réveils nocturnes complètement en sueur. Il suffit déjà pour se sentir mieux de se rafraîchir un peu. Une douche fraîche si vous êtes à la maison, un éventail ou un brumisateur à l’extérieur. Le houblon, le mélilot, le lin, le trèfle rouge font partie des plantes régulièrement proposées pour les atténuer.
 

La sécheresse vaginale

 

L’amincissement de la paroi du vagin et la diminution de la lubrification naturelle peuvent considérablement affecter la vie sexuelle en deuxième partie de vie. S’il importe de ne pas bouder son plaisir en mettant l’accent sur les préliminaires, en ayant une activité sexuelle régulière, et en favorisant la communication au sein du couple pour limiter le stress, il est aussi possible de remédier à ce problème en se tournant vers des gels lubrifiants (on préfèrera ceux à base d’eau ou de silicone).

Vous pouvez y associer en complément alimentaire, de l’acide hyaluronique, ainsi que de nombreuses huiles végétales (onagre, bourrache, rose musquée, argousier). En homéopathie, Folliculum (5CH) et Muqueuse vaginale (en 5CH) sont également souvent utilisés.

 

La prise de poids

 
A raison d’une prise de poids d’un kilo par an en moyenne, les femmes ont du mal à conserver la ligne… Et les choses ne font que s’accentuer à la ménopause : Même si celles-ci a bon dos et que le ralentissement de l’activité physique, ainsi que le grignotage destiné à se remonter le moral sont aussi responsables de ces kilos en trop.

Autre vrai changement : les graisses qui avaient plutôt tendances à se loger au niveau des cuisses et des fesses sont désormais stockées au niveau du ventre. Des habitudes alimentaires saines et équilibrées mettant l’accent sur les fruits et légumes, peu caloriques et riches en fibres, permettent sou- vent de redresser la barre, à condition de consommer suffisamment de protéines pour leurs vertus rassasiantes (le besoin moyen se situe aux environs de 45g par jour pour les femmes).

Renoncez par contre aux miroirs aux alouettes que représentent les régimes quel qu’ils soient : s’ils ne sont pas personnalisés, ils risquent surtout de vous faire prendre davantage de poids que vous n’en perdrez.

Seul un suivi nutritionnel par un professionnel sur le long terme peut être efficace, à condition de l’associer à une pratique régulière d’exercice physique (environ 3 heures par semaine). D’autant que de tels exercices réduisent le taux de perte osseuse et préviennent efficacement l’ostéoporose. Si vous avez tendance à grignoter sans modération, vous pouvez essayer la spiruline ou le kudzu, cette racine très efficace pour lutter contre les addictions, qui joue également un rôle de coupe-faim intéressant à cette période de la vie.
 

Les troubles de l’humeur

 

Insomnie, anxiété, déprime… La période de la ménopause est parfois complexe à traverser. D’autant qu’à ces bouleversements internes sont souvent associés d’autres changements de vie : les enfants quittent la maison, les parents atteignent un âge important, trouver ou conserver un emploi devient complexe… Si vos coups de blues ont tendance à s’installer dans la durée, vous pouvez vous tourner vers le millepertuis et/ou le griffonia, ou la mélisse. Si vous n’arrivez pas à calmer votre stress, songez à l’aubépine, à la passiflore ou l’avoine.

Si c’est la nuit que vous ruminez vos soucis, la valériane, l’escholtzia ou la camomille seront vos amis. Certains compléments alimentaires permettent également d’agir sur les neuromédiateurs afin de stabiliser votre humeur. Dans tous les cas, si les symptômes persistent, demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin. A l’inverse, rappelez-vous que la ménopause n’a pas que du mauvais : les symptômes d’une endométriose peuvent s’effacer, le volume des fibromes diminuer, et vous n’avez enfin plus besoin de vous préoccuper du risque d’une grossesse non désirée.

© MonGuideSanté.com

Posted in Bien être, Femme, Homéopathie, Phytothérapie Tagged with: , , , ,

septembre 19th, 2011 by Pharmacien

 
Difficultés d’endormissement, réveils nocturnes puis somnolence la journée… Le sommeil peut mener la vie dure quand il n’en fait qu’à sa tête. Entretien avec le Docteur Jean-Jacques Dewitte (Homéopathe, acupuncteur, phyto- aromathérapeute). 

Remèdes naturels contre les troubles du sommeil 

Plus de 70 % des français souffrent de troubles du sommeil (chiffres Institut national du sommeil et de la vigilance, INSV). Certaines périodes clé se montrent propices à ces dérèglements : en dehors du bébé, qui a des cycles de sommeils particuliers, on les retrouve fréquemment à l’adolescence et lors de la ménopause. Pourtant, l’usage de somnifères peut être évité car il existe des alternatives naturelles pour se réconcilier avec son oreiller. « Les troubles du sommeil reflètent un déséquilibre de l’organisme, qui touche souvent le système nerveux ortho-parasympathique », analyse le Dr Jean-Jacques Dewitte, spécialiste des médecines naturelles dans les Alpes-Maritimes.

Il est important d’identifier l’origine des troubles, afin de « soigner non pas l’insomnie en tant que telle, mais l’individu qui la subit ». « L’Escholtzia, une plante de la famille du pavot, peut induire le sommeil chez les personnes nerveuses qui ont du mal à s’endormir », signale ainsi le Dr Dewitte.
 

Déprimé, fatigué, sans énergie ?

 

Le millepertuis est indiqué tandis que la valériane apaise les angoisses physiques. Sont aussi recommandés, selon les cas, l’aubépine, la passiflore et la rhodiola ou la mélisse. Les huiles essentielles, comme l’orange (douce et amère) et la lavande officinale apportent aussi l’apaisement. Le lithium, à petite dose, régule le système nerveux, et le magnésium relaxe.

Comme nous enseigne la médecine chinoise, « Les problèmes de digestion peuvent également nuire au sommeil ». Ainsi, les réveils nocturnes, « entre 3h et 5h du matin, révèlent souvent un problème de ce type », reprend le Dr Dewitte. Le basilic et l’estragon possède alors un effet thérapeutique, tout comme l’angélique. Un foie paresseux ou surchargé se traitera grâce à l’artichaut, au pissenlit, au radis noir, le chardon-marie ou même au romarin.

Il est possible de réajuster son horloge biologique grâce à une hormone que nous sécrétons, la mélatonine. Il suffit de s’exposer à la lumière du jour, puis à une baisse de luminosité (pensez aussi à la luminothérapie) pour resynchroniser l’organisme et donner envie de dormir. Et c’est complètement naturel !

©  MonGuidesanté.com

MonGuidesanté.com vous conseille … pour mieux dormir !

  • Spray sommeil ou détente, aux huiles essentielles des laboratoires Phytosun aroms, (100% pures et naturelles) ou Aromathera Puressentiel.
  • NeuroBiaNe, complément alimentaire de Pileje, qui contribue à l’équilibre nerveux et au bien-être (à base de tryptophane, magnésium et vitamine B6).
  • FormaG, complément alimentaire de Pileje, qui favorise la détente (à base de magnésium, vitamine B6 et taurine).

Les conseils délivrés par le Pharmacien Conseil du Journal de la Santé de MonGuidesanté.com sont donnés à titre informatifs et ne peuvent en aucun cas se substituer à la relation qui existe entre patient et professionnel de santé. La Parapharmacie en ligne MonGuidesanté.com est à votre écoute !

Posted in Actualité, Bien être, Homéopathie, Phytothérapie Tagged with: , , , , , , , , , ,

décembre 13th, 2010 by Pharmacien

Ce médicament homéopathique est traditionnellement utilisé dans les cas d’états grippaux.

Indications: États grippaux

Posologie:

  • Etat grippal à son début : 1 dose le plus tôt possible, répéter éventuellement 2 à 3 fois à 6 heures d’intervalle.
  • Etat grippal déclaré : 1 dose matin et soir pendant 1 à 3 jours. Si les symptômes persistent au-delà de 3 jours, consultez votre médecin.

Médicament autorisé: n°215-1502

Forme pharmaceutique: Globules en boîte de 6 doses, boîte de 1 dose.

Composition:

  • Extrait filtré de foie et de cœur d’Anas barbariae dynamisé à la 200ème K.
  • Excipients : saccharose, lactose.

q.s.p. 1 dose globule de 1g.

Message de l’Institut National de Prévention et d’ Education pour la Santé :

 » En cas de symptômes grippaux (fièvre supérieure à 38°, courbatures, grande fatigue associés à des signes respiratoires comme la toux), la grippe peut être suspectée.
Appelez votre médecin traitant. »

Ces informations sont donnés à titre informatif, elles ne sont que que purement informatives.

Posted in Homéopathie Tagged with: ,

décembre 13th, 2010 by Pharmacien

L’homéopathie ou homœopathie (du grec όμοιος / hómoios, « similaire » et πάθος / páthos, « souffrance » ou « maladie ») est une médecine non conventionnelle, inventée par Samuel Hahnemann en 1796, qui consiste à administrer au malade des doses faibles ou infinitésimales obtenues par dilution et agitation (la dynamisation) d’une substance choisie en fonction de l’expression des symptômes selon la typologie tant physique que psychique du patient.

Le choix des substances utilisées en homéopathie repose sur le principe dit de similitude, selon lequel un patient doit être traitée au moyen d’une substance produisant chez une personne saine des symptômes semblables à ceux de l’affection considérée.

L’homéopathie ayant été fondée il y a deux siècles sur des conceptions réfutées depuis par la chimie et par la biologie, elle est considérée comme une pseudo-science par la communauté scientifique, d’autant plus qu’elle n’a jamais pu faire la preuve de son efficacité clinique au-delà de l’effet placebo. Son inscription à la fin du XXe siècle dans les diplômes universitaires de médecine alternative a relancé les polémiques sur sa scientificité. Les médicaments homéopathiques sont préparés à partir de substances végétales, animales, minérales ou chimiques, fortement diluées.  Ils n’entraînent pas d’effet indésirable et ne présentent pas de risque de surdosage.

Il existe deux grandes familles de médicaments homéopathiques :

  • ceux qui ne comportent pas d’indication thérapeutique, ni de posologie, car ces médicaments peuvent très bien être utilisé pour des symptômes très différents : par exemple, un même médicament peut être prescrit dans un cas d’insolation, de piqure d’insecte, d’états grippaux, de maux de tête, etc.
  • ceux qui comportent des indications thérapeutiques précises accompagnées d’une posologie. Vous les trouverez sous forme de comprimés, sirops, uni doses buvables, pommades, et autres présentations…

Posted in Homéopathie Tagged with: ,