Category: Pharmacie

juillet 1st, 2015 by Pharmacien

Depuis de nombreuses années les pharmaciens tentent de réduire les coûts de gestion, d’obtenir des prix d’achats plus bas. Pour y parvenir la seule solution est la mise en commun des compétences.

Les groupements de pharmaciens permettent à des indépendants de bénéficier dans une certaine mesure de ces avantages. Mais la plupart du temps il n’y a aucune obligation à respecter un cahier des charges, à avoir telle ou telle marques.

Le pharmacien continue à organiser sa pharmacie comme il souhaite.

Depuis quelques années des pharmaciens ont organisés de véritables réseaux. On peut même parler d’enseignes.

Dans l’état actuel de la législation seul un pharmacien peut détenir plus de 50% des parts de sa pharmacie. Il est donc impossible de créer une chaine de pharmacie où des investisseurs privés détiendraient la majorité et contrôleraient ainsi les pharmacies.

Les enseignes de pharmacies sont actuellement orientées vers un service rendu amélioré, des prix permettant de répondre aux demandes des consommateurs. Certaines ont créées une véritable charte graphique qui permet au patient de reconnaitre immédiatement la pharmacie.

Nous vous présenterons d’ici peu l’étude de deux enseignes : Pharmavance et Leader santé, deux enseignes à l’origine positionnées en région Parisienne mais qui depuis ont essaimée dans l’hexagone.

Nous avions commencé l’étude de l’enseigne Galien Développement mais celle-ci n’existant plus nous ne publierons pas sur sa méthodologie.

Posted in Pharmacie

novembre 10th, 2014 by Pharmacien

Avec le site un-pharmacien.com vous allez pouvoir donner votre avis sur les produits que l’on trouve généralement en pharmacie.

Que l’on parle de compléments alimentaires, de vitamines, de crèmes minceur, de crème anti-âge, tout est possible.

Soit vous souhaitez parler d’un produit simplement, soit vous souhaitez créer une page personnelle avec toutes vos astuces beautés, vos tests. A vous de choisir.

Vous êtes sur un site et vous voulez partager un produit ? Rien de plus simple, le bouton partager à mettre dans votre barre de favori vous permet de le faire en un clic !

A vous de jouer avec un-pharmacien.com

Posted in Pharmacie

mai 24th, 2014 by Pharmacien

Le programme d’accompagnement « qualité à l’officine » proposé par l’Ordre des pharmaciens se décline actuellement en quatre axes : deux outils d’auto-évaluation et deux approches d’évaluation des pratiques professionnelles par une tierce personne impartiale.

De l’auto-évaluation au comptoir et derrière le comptoir…

Les pharmaciens peuvent parfaire leur connaissance sur l’Accueil pharmaceutique des patients sans ordonnance (APPSO) avec le site AcQO (1). L’intégralité des recommandations APPSO (Accueil Pharmaceutique du Patient Sans ordonnance) publiées par l’Ordre en 2011 sont accessibles en ligne. Pour les assimiler sont à la disposition des internautes, des tests de lecture et des quiz d’appropriation (« Mesures générales », « Comportement », « Requêtes Patient ») dans une approche résolument attractive. Pas de notation, pas de score et confidentialité garantie ! Ce site permet au pharmacien d’officine ainsi qu’à toute son équipe d’approfondir ses connaissances sur les clés d’un dialogue constructif avec le patient visant à une qualité de l’accueil optimale.

Les pharmaciens peuvent également auto-évaluer l’organisation de leur officine avec le site eQo, entièrement repensé (2). Ce dernier est conçu pour accompagner le pharmacien et son équipe dans leur démarche qualité afin de sécuriser les actes pharmaceutiques dans l’intérêt des patients. Aujourd’hui, les questionnaires ciblent la structure officinale et l’exercice officinal courant. Ils seront enrichis dans le temps par d’autres éléments portant sur des thèmes qui ne concernent que certains pharmaciens (par exemple, le rôle particulier des pharmaciens maîtres de stage, référents, correspondants au sein d’une équipe de soin….). Ces auto-évaluations peuvent se faire de façon anonyme, librement et à tout moment.

…à l’évaluation par une tierce personne

Chaque année 3 000 pharmaciens, choisis de façon aléatoire et anonyme par une société indépendante sélectionnée par l’Ordre, bénéficieront de visites permettant d’évaluer la qualité et la sécurité de la dispensation à l’occasion d’une demande de médicament sans ordonnance. Ces visites « Patient Qualité » seront ensuite suivies d’un retour d’expérience personnalisé et d’un bilan anonyme des résultats. La campagne pilote portant sur 800 officines est en cours d’élaboration. Le lancement du programme est prévu courant 2015. Le coût de ce dispositif sera intégré à la cotisation ordinale.
Par ailleurs, les pharmaciens qui le souhaitent peuvent faire auditer leur officine par des conseilles ordinaux, issus de tous les métiers de la pharmacie et formés à cet effet. Ce dispositif fait l’objet actuellement d’une phase pilote de validation qui devrait s’achever fin 2014. Cet audit pédagogique de l’organisation générale et du fonctionnement de l’officine sera à la charge du pharmacien qui en a fait la demande.

Un esprit de prévention, pas de sanction !

L’Ordre national des pharmaciens a notamment pour mission de sanctionner en cas de non respect des règles professionnelles et de veiller à la compétence des pharmaciens. Au sujet de la qualité, Isabelle Adenot (Présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens) insiste sur le fait que: « L’Ordre est motivé non par un esprit de sanction mais par un esprit préventif d’amélioration et qu’il a la conviction qu’une approche pédagogique et de soutien, proche des réalités du terrain est le meilleur levier de progression ».

Source: www.acqo.fr

Posted in Pharmacie

mars 6th, 2014 by Pharmacien

La vente des tests de grossesse dans les supermarchés est désormais inscrite dans la loi dite « consommation », adoptée par le Parlement le 13 février dernier. Alors que le gouvernement présente cette mesure comme une avancée pour la santé publique, l’Académie nationale de pharmacie n’y voit qu’ « un mauvais service rendu aux femmes ».

[image src=’http://votre-pharmacien.fr/wp-content/uploads/2014/03/test-de-grossesse.jpg’ width=’190′ height=’145′ title=’Test de grossesse’ align=’left’]Le ministre de la Consommation, Benoît Hamon, attend en particulier de cette évolution une baisse des prix qui devrait faciliter l’accès aux tests de grossesse pour les femmes en situation précaire. L’autre argument avancé par le gouvernement est le « besoin d’anonymat » qui entoure cet achat. L’Académie n’hésite pas, de son côté, à parler de risque pour la santé. En l’absence de conseils et d’accompagnement, elle évoque notamment le danger de pratiquer ce test trop précocement et d’obtenir un résultat faussement négatif, « avec comme conséquence, une découverte tardive de la grossesse et le recours à un avortement, beaucoup plus lourd psychologiquement et coûteux » en particulier chez les femmes très jeunes.

L’Académie rappelle que l’achat d’un test de grossesse se fait généralement « dans une période d’incertitude qui appelle un conseil et une réponse aux questions et aux angoisses en cas de test positif ». L’information succincte donnée par la notice ne saurait, aux yeux de l’institution, remplacer l’accompagnement personnalisé du pharmacien. « La perte d’un interlocuteur, professionnel de santé et de terrain, marque un recul important en matière de santé publique » conclut le communiqué. Sur le terrain politique, la majorité note que les pharmaciens défendent avant tout leur monopole. L’UMP, qui dénonce pour sa part une banalisation de l’accès à ces tests, n’est pas de cet avis et a déposé des recours auprès du Conseil constitutionnel qui tranchera au final cette question.

Source: Santelog.com

Posted in Pharmacie Tagged with: ,

décembre 9th, 2013 by Pharmacien

Une étude publiée dans le British Medical Journal dénonce la quantité trop importante de sodium dans les médicaments effervescents. A la posologie la plus courante, certaines spécialités apporteraient autant de sodium que la dose journalière maximale conseillée. Ils augmenteraient donc le risque cardiovasculaire.

Une équipe du Ninewells Hospital de Dundee, en Grande-Bretagne, a analysé les conditions de survenue d’accidents cardiovasculaires au sein d’une cohorte de 1,3 million de personnes suivies entre 1987 et 2010. « Les patients à qui ont été prescrits des médicaments, effervescents ou dispersibles, contenant du sodium ont plus d’incidents cardiovasculaires que les autres », concluent les chercheurs. Certains comprimés renferment 427,8 mg de sodium, soit la même quantité que dans 1 gramme de sel de table. Autrement dit, les patients concernés par ce type de prescription avalent en moyenne 6,29 g de sel par jour rien qu’avec leurs médicaments, alors que la recommandation de l’OMS limite cette consommation quotidienne à 5 g.

Le Pr Michel Krempf, président du Salt (un groupe d’experts créé en 2010 pour encourager la réduction du sel dans l’alimentation), se félicite que l’étude mette en lumière l’importance des apports en sel hors alimentation. Pour le Pr Jacques Blacher, cardiologue et épidémiologiste à l’Hôtel-Dieu, il faut toutefois relativiser ces résultats et rappeler que l’augmentation du risque cardiovasculaire due au médicament reste limitée. D’après Carine Gransard, pharmacienne au centre hospitalier de Béthune, qui a recensé 87 spécialités d’usage courant dont la posologie recommandée apporte en moyenne 2 g de sel par jour, il est toutefois recommandé de proposer « des formulations sans sodium pour les patients hypertendus ».

www.sante.lefigaro.fr

Posted in Médicaments Tagged with:

octobre 21st, 2013 by Pharmacien

Déjà 1500 clés de pharmacies ont été envoyées au ministère de la Santé selon les dernières estimations de l’USPO. L’ « Opération clés » lancée conjointement par l’USPO et l’UNPF gagne du terrain dans les officines françaises. Il s’agit maintenant de connaître le sort de ces clés.

La ministre s’en servira-t-elle pour rouvrir les négociations avec l’Assurance maladie ou pour fermer définitivement les officines en difficulté ? La balle la clé est dans son camp.

Posted in Pharmacie Tagged with: ,

août 12th, 2013 by Pharmacien

Le recours excessif aux antibiotiques est source de problèmes pour les médecins américains. Selon une étude publiée dans la revue Journal of Antimicrobial Chemotherapy, non seulement 25 % des prescriptions d’antibiotiques sont injustifiées, mais en outre, 60 % des antibiotiques prescrits font partie des antibiotiques les plus forts, connus sous le nom d’« antibiotiques à large spectre ».

Les chercheurs de l’Université d’Utah de Salt Lake City (États-Unis) ont examiné des données concernant 238 624 consultations de patients dans des établissements de soins de santé entre 2007 et 2009. Sur la base de cet échantillon, ils estiment à 985 millions le nombre moyen de consultations ambulatoires annuelles. Selon les estimations, 101 millions d’entre elles auraient débouché sur une prescription d’antibiotiques : 62 millions se seraient conclues par une prescription d’antibiotiques à large spectre et 39 millions par une prescription d’antibiotiques à spectre étroit.

Dans plus de 25 % des cas étudiés, ces prescriptions sont inutiles, l’infection provenant d’un virus. Cependant, il est parfois difficile de déterminer l’origine virale ou bactérienne d’une infection. « Il semble que la tendance naturelle, en cas d’incertitude quant à l’origine d’une infection, incite à la prescription inappropriée d’antibiotiques », a affirmé l’auteur référent, Adam L. Hersh. Selon lui, les antibiotiques à large spectre sont, en outre, davantage susceptibles d’être délivrés lorsqu’ils ne sont pas nécessaires.

L’utilisation excessive d’antibiotiques peut entraîner des effets secondaires et contribuer au développement de bactéries résistantes aux antibiotiques. Les médecins semblent opter pour des antibiotiques plus forts notamment en cas de troubles respiratoires, d’infections cutanées et d’infections urinaires, qui, dans la plupart des cas, seraient mieux traités par d’autres antibiotiques. Les auteurs conseillent vivement aux patients et aux médecins d’être plus prudents lors de la prescription et de l’utilisation d’antibiotiques.

Source: Journal of Antimicrobial Chemotherapy

Posted in Médicaments Tagged with:

avril 25th, 2013 by Pharmacien

Si les médicaments utilisés dans la prévention de la migraine présentent peu de différences, les effets indésirables varient, quant à eux, d’un médicament à l’autre. Les résultats de cette découverte effectuée par des chercheurs américains de l’École de Santé publique de l’Université du Minnesota (University of Minnesota School of Public Health) dans le cadre d’une étude comparative ont été publiés dans la revue Journal of General Internal Medicine.

L’équipe, dirigée par Tatyana Shamliyan, a comparé les résultats des études déjà publiées aux médicaments autorisés. Ces études impliquaient principalement des femmes d’âge moyen souffrant de migraines épisodiques, avec en moyenne cinq crises par mois. Tatyana Shamliyan et ses collaborateurs ont établi que les médicaments agissaient mieux que les placebos mais que leurs effets étaient difficilement différenciables. Ils permettaient d’éviter au moins 50 % des crises migraineuses chez 200 à 400 patients sur 1 000.

Cependant, leurs effets indésirables présentaient des différences considérables. En utilisation hors indication, les effets indésirables des anti-épileptiques et des antidépresseurs étaient si importants qu’ils conduisaient souvent à l’arrêt du traitement. Le plus petit nombre d’effets indésirables a été observé avec l’utilisation hors indication de médicaments bêta-bloquants et inhibiteurs de l’angiotensine. Ces résultats d’étude remettent au moins partiellement en question les recommandations thérapeutiques actuelles. En effet, actuellement, l’American Academy of Neurology et l’American Headache Society recommandent deux types d’anti-épileptiques et deux bêta-bloquants pour la prévention des migraines chez l’adulte.

Posted in Pharmacie Tagged with: ,

Conséquences générales du stress sur le corps
décembre 1st, 2011 by Pharmacien

 

Stress et santé sont étroitement liés. Il est bien connu que le stress, que ce soit un stress rapide et passager ou un stress constant, peut induire des troubles risqués et nuire au corps et à l’esprit.

Les troubles immédiats tels que des vertiges, l’anxiété, la tension artérielle, l’insomnie, la nervosité et les crampes musculaires peuvent tous entraîner des problèmes de santé chroniques. Dans le long terme, ils peuvent aussi influer sur notre système immunitaire, notre santé cardiovasculaire et notre état nerveux.

 

Conséquences générales du stress sur le corps

 

Le stress et les problèmes cardiovasculaires

 

Les opinions divergent sur l’opportunité du stress et de son incidence sur les maladies cardio-vasculaires. La recherche montre que chez certains individus, le stress ne contribue pas à l’hypertension artérielle, taux élevé de cholestérol, et d’autres facteurs de risque cardiaque comme la toxicomanie et l’obésité.

Fréquemment le stress et ses réponses sur notre corps à pour fâcheuse tendance d’augmenter une multitude de molécules potentiellement dangereuses pour sur la santé du cœur. Ce sont des lipoprotéines de basse densité (LDL, la mauvaise forme du cholestérol) et d’autres types de lipides tels que les triglycérides. Parce que le stress retarde le traitement et le dédouanement de ces matières grasses, leur accumulation met les gens à risque de développer l’athérosclérose (ou artériosclérose) et d’autres maladies du cœur.

En réponse au stress quotidien, les réactions extrêmes montrent un niveau élevé de palpitations et de la pression du sang dans leur corps. Selon une recherche médicale, ces ondes peuvent progressivement entraîner des blessures aux artères coronaires et au cœur. L’ischémie cardiaque peut provoquer soit l’angine (douleur thoracique) ou une attaque cardiaque (réelle mort du muscle cardiaque). Près de la moitié de ces patients qui souffrent de l’ischémie pendant l’exercice peuvent faire l’expérience d’un stress mental, et ce groupe de patients sont plus susceptibles de souffrir de complications cardiaques.

Il est évident que les gens qui vivent dans des conditions stressantes et chroniques sont plus susceptibles de commencer à fumer, boire de l’alcool et abuser de substances (médicaments, prescrits ou non), et se répartissent aussi en troubles de l’alimentation (habitudes alimentaires malsaines). Les médecins disent que tous ces comportements sont liés au stress et ont un effet direct sur le développement des maladies coronariennes (L’hypertension avec le facteur de l’âge aussi). Il est également connu pour varier en fonction des heures différentes de la journée. Mais, il a été médicalement prouvé que les troubles émotionnels et psychologiques peuvent avoir une influence sur la pression artérielle des êtres humains.

Troubles liés aux défenses immunitaires

 

Le stress est connu pour aggraver de nombreuses fonctions immunitaires liées aux conditions médicales, y compris le diabète. Le cortisol produit au cours du de situations de stress peuvent supprimer le corps de la réponse immunitaire, en augmentant la susceptibilité aux maladies infectieuses.

Les résultats de recherches récentes ont également montré que les stress de vie et des événements liés peuvent accélérer la progression de sida de patients atteints du VIH. L’étude montre que la progression de la maladie de sida a été plus rapide en présence d’une vie stressante, en l’absence de systèmes de soutien social, de l’attitude négative en tant que mécanisme d’adaptation, et des niveaux élevés de cortisol.

Les études suggèrent également que les fréquentes ou chroniques conditions de stress permettent d’accroître les chances d’infections bactériennes comme la tuberculose et le streptocoque.

Asthme et stress

 

Chez les patients asthmatiques, une situation de stress peut rendre les voies respiratoires plus réactive et précipiter une crise.

Stress, ulcères et troubles digestifs

 

Dans des conditions sévères de stress l’approvisionnement de sang à l’estomac est limité, ce qui entrave la normalité des fonctions digestives. En outre, la fonction de l’intestin est contrôlée en partie par le système nerveux, qui à son tour est directement affectée par le stress. Ces conditions, dont l’alimentation durant le stress peut compenser les troubles gastro-intestinaux comme l’ulcère ou le syndrome du côlon et son irritabilité. Le stress peut donc aggraver ces symptômes surtout si quelqu’un souffre déjà de troubles gastro-intestinaux.

Stress, migraines, maux de tête et mal de dos

 

Il est maintenant établi que le stress, l’évaluation cognitive, l’adaptation et la migraine sont mutuellement liées. Le stress est nuisible à l’organisme tout entier et peut provoquer des maux de dos, des douleurs au cou et des maux de tête. L’apprentissage de la relaxation par la respiration ou encore avec le mouvement régénérateur simple comme celui développé par le japonais Haruchika Noguchi, permettent de réactiver la capacité de l’organisme à maintenir par lui-même son équilibre.

Stress, neurodégénérescences et maladies cancéreuses

 

Un « chemin de rupture » de la Recherche menés dans le début des années 1990 a montré que le stress induit une réduction de lymphocytes T (globules blancs qui détruisent les cellules cancéreuses) dans le corps humain conduisant à une augmentation des métastases. Des études passées et récentes sur les femmes souffrant de cancer du sein rétablissent la constatation précédente et confirment le fait que les facteurs de stress causent un plus bas niveaux d’activité physique et des défenses des cellules dans le corps.

Le stress chronique induit des changements et la réduction de l’homéostasie immunitaire, qui tend à compromettre l’équilibre entre oxydants et antioxydants dans le corps. De nombreuses études en cours ont montré aussi que la modification de cet équilibre en faveur d’oxydants peut entraîner des réactions pathologiques qui provoquent des troubles fonctionnels et des maladies comme le cancer et ou la maladie d’Alzheimer. Il peut également accélérer le processus de vieillissement du corps. En effet, le stress augmente l’oxydation des molécules du corps. (La multiplication des cellules déformées pouvant se définir dans le cancer.)

D’ailleurs, dans son traité sur les tumeurs, « De Tumoribus », le médecin grec Galien, a noté que les femmes mélancoliques risquent plus facilement  un développement du cancer du sein, par rapport à celles qui restent plus optimiste et joyeuses. Le mot d’ordre serait donc d’assumer le stress quotidien en palliant ses méfaits par la volonté profonde d’être bien, de mimer le bonheur pour l’engendrer et rester optimiste et objectif le plus possible.

Source Photo d’en-tête via

Posted in Bien être, Fiches santé, Homéopathie, Phytothérapie Tagged with: , , , , , , ,

Echinacée angustifolia : pour combattre le froid et renforcer les défenses
novembre 27th, 2011 by Pharmacien

 
Stimulante de nos défenses immunitaires, anti-inflammatoire, antibiotique, détoxifiante, favorise la transpiration, cicatrisante, antiallergénique… Les vertus de l’échinacée sont nombreuses.

Echinacée angustifolia : pour combattre le froid et renforcer les défenses

 

Remède de première ligne pour les périodes de froid (contre la goutte au nez par exemple), l’échinacée fait parler de plus en plus d’elle. Déjà très présente dans les placards des adeptes de phytothérapie, l’échinacée est connue depuis très longtemps. Les Indiens des grandes plaines américaines utilisaient les échinacées et depuis longtemps ces plantes fleurissent l’Europe.

Proches de la marguerite, les échinacées illuminent les jardinets par des couleurs vives, et les papillons en raffolent. Dénombrant un variété importante, les échinacées utilisées en phytothérapie sont principalement extraits de trois espèces : l’échinacée angustifolia, l’échinacée purpura et l’échinacée pallida.

Par contre, l’échinacée purpura semble susciter le plus d’engouement dans le monde de la recherche médicale. Le rhizome de l’Echinacea était utilisé par les Indiens des plaines d’Amérique du Nord, et peut-être plus que toute autre plante, dans l’élaboration de remèdes médicinaux. Dans les années trente, l’Echinacea devint populaire à la fois en Europe et aux États-Unis comme une médecine du peuple. L’Echinacea s’est vu attribuer la capacité de renforcer les défenses du système immunitaire de l’organisme et d’aider à la prévention des infections.

Aider les défenses Naturelles

 

L’échinacée est une plante contenant des polysaccharides connus pour leurs propriétés favorables sur l’immunité. Leur concentration est optimale dans la plante fraîche. L’échinacée renforce les défenses naturelles de l’organisme. Elle est indiquée dans la prévention des infections des voies respiratoires et permet de surmonter plus rapidement les rhumes, les grippes et infections diverses lorsqu’elles sont déjà installées.

Il est possible de trouver de nombreux produits contenant de l’échinacée, et actuellement on retrouve aussi de nombreux produits uniquement obtenus avec cette plante. En usage internegélules d’échinacée, teintures mères, suc de plante fraîche, etc. – ou externe (crème ou onguent, qui aident à la cicatrisation des blessures, des ulcères et des inflammations). On peut la consommer de plusieurs manières, comme en infusion, décoction, teinture mère, gargarisme à base d’infusion en cas d’angine…. Bien entendu, l’usage de cette plante médicinale est recommandée, mais il est important d’avoir l’avis d’un professionnel en fonction de son utilisation.

L’échinacée donne de bons résultats, même si son effet peut varier d’une personne à l’autre, il apparaît dans plusieurs études publiées (2007) que la réduction des symptômes du rhume (congestion et écoulement nasal, mal de gorge, céphalées, frissons…), se manifeste de manière évidente.

Une plante proche de son environnement

 

Certaines espèces d’Echinacea, notamment E. purpurea, E. angustifolia et E. pallida sont cultivées en tant que plantes ornementales dans les jardins. Les espèces appropriées sont utilisées dans la restauration des prairies. D’autres espèces encore sont utilisées pour la constitution de stocks de fourrage ; l’abondance de ces plantes dans les zones de passage des animaux sont un soi-disant indice de bonne santé de ces surfaces.

© MonGuidesSanté.com

Posted in Actualité, Bien être, Fiches santé, Homéopathie, Prévention Tagged with: , , ,