Une vague de chaleur peut précipiter l’accouchement

Une étude de l’Université de Montréal montre qu’un épisode de chaleur accroît le risque d’accouchement prématuré, à partir de la 37e semaine de grossesse. Une vague de chaleur de trois jours à plus de 32 °C augmenterait ce risque de 17 %, et de à 27 % lorsque la canicule dure plus de quatre jours.

Pour parvenir à ces conclusions, l’équipe de Nathalie Auger a comparé les données individuelles de 300 000 naissances survenues à Montréal de 1981 à 2010 aux températures estivales enregistrées sur la même période. Les chercheurs ont constaté que le nombre d’accouchements était nettement supérieur dans les jours suivant un pic de température.

D’après les auteurs, le stress causé par la chaleur augmenterait la contractilité utérine à un moment de la grossesse où la thermorégulation semble moins efficace. Autre facteur d’explication : la déshydratation réduit l’apport sanguin dans l’utérus, ce qui pourrait augmenter l’excrétion des hormones hypophysaires, responsables du travail. Les chercheurs québécois recommandent aux professionnels de la périnatalité de renforcer la surveillance des femmes enceintes pendant la canicule. Ils rappellent que « les enfants nés à 37 ou 38 semaines souffrent davantage de problèmes respiratoires, en comparaison des enfants nés à terme ».

Source: santelog.com

avril 17th, 2014 by