L’odeur de bébé est elle appétissante ?

Une étude, publiée dans la revue Frontiers in Psychology, démontre que l’envie de « dévorer » un bébé, bien souvent évoquée au sens figuré par les jeunes parents, pourrait également avoir un sens propre.

Cette envie émergerait, selon les chercheurs de l’université de Dresde, en Allemagne, des parties les plus profondes du cerveau. Plus exactement du même circuit cérébral que celui qui s’active lorsque l’on présente de la nourriture à quelqu’un d’affamé… ou sa drogue à un toxicomane. Pour cette étude, les scientifiques ont demandé à deux groupes de femmes de respirer différents cotons, imbibés de l’odeur axillaire de nouveau-nés âgés de deux jours.

L’un des groupes comprenait des femmes qui venaient d’accoucher dans les six semaines précédentes, l’autre étant composé de femmes qui n’étaient pas encore mères. Les participantes ignoraient de quelle odeur il s’agissait, mais elles n’en jugèrent pas moins « discret, légèrement plaisant, mais peu familier » le parfum des cotons imprégnés d’odeurs de bébés, explique Le Figaro.

Pendant qu’elles se livraient à cette délicate évaluation, les chercheurs regardaient ce qui se passait dans leurs cerveaux grâce à un examen pointu d’imagerie, l’IRM fonctionnelle. Ils ont ainsi remarqué que le circuit de récompense du cerveau s’active chez toutes les participantes, maman ou pas. Or, ce dernier s’active lorsque l’on répond à des besoins élémentaires comme la soif ou la faim, mais également pour des plaisirs appris plus complexes, tels que le sexe ou la drogue. Une activation plus puissante du cerveau a également été remarquée chez les jeunes mamans dans une région particulière, le noyau caudé dorsal, qui joue habituellement un rôle dans les conditionnements appris.

Ce qui veut dire que le plaisir que procure l’odeur d’un bébé, s’il est « naturel », est aussi renforcé par l’expérience.

mai 14th, 2014 by