Un programme d’amaigrissement juste pour les hommes

Les études cliniques destinées à tester des programmes de perte de poids sont nombreuses. Mais la grande majorité des sujets qui y sont inclus sont des femmes et peu d’essais ont été conduits spécifiquement chez les hommes. Faisant l’hypothèse qu’il faut adapter les méthodes d’éducation nutritionnelle pour ces derniers, l’idée est venue à des chercheurs écossais de tester l’efficacité d’un programme de perte pondérale dans des clubs de supporters de football.

Des hommes en surpoids ou obèses (IMC > 28 kg/m²) ont été recrutés et randomisés en deux groupes. Le groupe « intervention » (n = 374) bénéficiait d’une formation en diététique et en activité physique. Les sujets témoins (n = 374) étaient inscrits sur une liste d’attente et pouvaient profiter de l’accompagnement nutritionnel à la fin de l’étude réalisée par des médecins et des endocrinologues.

Tous les volontaires recevaient des documents concernant les recommandations nutritionnelles usuelles. Ils étaient pesés de façon standardisée ; leur tour de taille était mesuré et leur niveau d’activité physique, leurs habitudes alimentaires et leur qualité de vie étaient évalués à l’aide de questionnaires, en particulier en début d’étude et 12 mois plus tard. Les sujets du groupe intervention devaient participer à des séances collectives (30 personnes par session de 90 minutes) dispensées par des coachs dans les stades des clubs. Les sessions portaient sur l’équilibre alimentaire et sur la pratique d’activités physiques. Le contenu de ces séances était standardisé. Des techniques d’aide au changement de comportement (fixation d’objectifs individuels, résolution de problème…) étaient utilisées.

Près de 90 % des volontaires ont terminé l’étude, aussi bien dans le « groupe intervention » que chez les témoins. Au bout d’un an, la perte de poids moyenne était de 5,6 kg avec l’intervention et de 0,6 kg dans le groupe témoin, ce qui est statistiquement différent (analyse en intention de traiter, donc tenant compte des perdus de vue). Evalué en pourcentage de perte de poids, l’effet de l’intervention a également été significatif (-5 % vs -0,5 % respectivement dans le « groupe intervention » et dans le groupe témoin). Un impact favorable du programme nutritionnel sur le tour de taille, la pression artérielle a également été observé. Parallèlement, les sujets ayant bénéficié de l’intervention ont déclaré une meilleure progression de leurs habitudes alimentaires et une augmentation de leurs activités physiques comparativement aux témoins. Enfin, les auteurs de cet essai clinique ont réalisé une évaluation médico-économique dont les résultats sont prometteurs.

Cette étude confirme l’intérêt d’adapter le contenu et le cadre dans lequel se font les programmes d’accompagnement nutritionnel au sexe des participants. Surtout, ils apportent des arguments solides pour impliquer davantage les fédérations sportives dans le sport-santé. Des initiatives existent en France en ce sens mais elles sont pour le moment timides et méritent d’être davantage soutenues.

Ref: Hunt K et coll. : A gender-sensitised weight loss and healthy living programme for overweight and obese men delivered by Scottish Premier League football clubs (FFIT): a pragmatic randomised controlled trial. Lancet. 2014; publication avancée en ligne le 20 janvier. pii: S0140-6736(13)62420-4. doi: 10.1016/S0140-6736(13)62420-4.

février 18th, 2014 by