Danger au pressing ?

Depuis 1995, le perchloréthylène, un solvant utilisé pour le nettoyage à sec, est classé par le Centre international de recherche contre le cancer (CIRC) dans le groupe 2, celui des substances probablement cancérigènes pour l’homme.

« Nos recherches ont établi des liens de cause à effet entre le développement de cancers -de l’oesophage, tumeur cervicale ou lymphome- et l’exposition prolongée à une telle substance chimique. En revanche, aucun cas mortel n’a été recensé. Il n’y a que nos souris de laboratoire qui ont développé des cancers du foie » indique Yann Grosse, toxicologue au CIRC. L’OMS limite l’exposition au perchloréthylène à 250 microgrammes/m3 par jour. Mais la France n’applique pas ces recommandations et préfère suivre la réglementation européenne qui classe le solvant dans le groupe 3 (nuisible à la santé et dangereux pour l’environnement).

Les quelque 4 000 pressings français pourraient exposer les riverains à des doses allant jusqu’à 2 000 microgrammes/m3. Une plainte pour homicide involontaire est actuellement en cours d’instruction à l’encontre du gérant d’un pressing de Nice qui aurait intoxiqué la résidente de l’étage du dessus en 2009. Ce procès pourrait faire jurisprudence et avoir un impact politique. Une réunion de travail du CIRC est également prévue en octobre pour discuter de la possibilité d’augmenter le niveau de risque du perchloréthylène.

En attendant un éventuel changement de législation, les experts exhortent les propriétaires de pressing à respecter certaines dispositions, comme maintenir les locaux frais, bien isolés et avoir un bon système de ventilation.

février 22nd, 2012 by