Alimentation: Vers de nouvelles règles d’étiquetage ?

Le rapport Hercberg, consacré à la prévention nutritionnelle, a été remis à la Ministre de la Santé en janvier dernier. Il déplorait que les stratégies de santé publique se limitent à des opérations de communication et d’information générales sur l’alimentation et invitait les autorités à rendre concrètement plus accessibles les aliments de bonne qualité. L’une des propositions visait à mettre en place une échelle nutritionnelle simple et compréhensible sur l’emballage des aliments.
Un collectif composé de sociétés savantes, d’associations de professionnels de santé, de consommateurs et de patients lance une grande pétition citoyenne pour que cette mesure soit adoptée. Concrètement cet étiquetage se présenterait sous la forme d’un code couleur facilement lisible couplé à des lettres (A/B/C/D/E) indiquant le score nutritionnel des aliments. On dénombrerait ainsi 5 classes de produits selon leurs calories, teneurs en sucres simples, graisses saturées, sel, fibres et protéin

es. L’intérêt de cette échelle serait de permettre au consommation de comparer la qualité nutritionnelle des différents aliments entre eux, qu’ils appartiennent ou non aux mêmes familles de produits, à la même marque ou à des marques différentes. D’après le collectif, cette mesure aurait également la vertu d’inciter les industriels à améliorer la composition de leurs produits. L’association nationale de l’agro-alimentaire (ANIA) s’oppose, pour sa part, fermement à cet étiquetage.

On imagine bien, en effet, que s’il était adopté, le score du profil nutritionnel dévaloriserait nécessairement l’image des produits trop gras, trop sucrés ou trop salés.

Source: www.i-dietetique.com

mai 16th, 2014 by