Faut il boire du lait ?

Depuis que les premiers bergers ont commencé à en boire, voilà près de douze mille ans, le lait symbolise la pureté, l’abondance et la bonne santé. Mais l’élixir de croissance des enfants fait aujourd’hui l’objet de suspicions. Relayés par des dizaines de forums sur Internet, des médecins et des thérapeutes adeptes des médecines douces l’accusent d’être indigeste, trop gras et responsable de toute une série de pathologies, des plus bénignes aux plus graves: otites, rhumatismes, diabète, sclérose en plaques, autisme, cancers…

« Des résidus d’hormones, antibiotiques et toutes sortes de produits chimiques donnés aux vaches pour booster leur production se retrouvent dans le lait », assure Daniel Kieffer, président de la Fédération nationale de naturopathie (Fenahman).

Pour Thierry Souccar, auteur de Lait, mensonges et propagande, sa bonne réputation a été créée de toutes pièces par les campagnes publicitaires du lobby laitier, sur des affirmations sans fondement. Les contempteurs de la mamelle vont jusqu’à affirmer que son rôle dans la fixation du calcium est marginal, déclarant même que le lait favoriserait… l’ostéoporose.

Est-ce un effet de ces discours lacto-sceptiques? La consommation de lait a baissé de plus de 20% ces dix dernières années. Au point que la filière, soutenue par les pouvoirs publics et l’Union européenne, ressent le besoin urgent de redorer son image. Le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel) a dégagé, en juin, une enveloppe de 5,9 millions d’euros pour financer une nouvelle campagne de promotion, avec le tennisman Gaël Monfils en guest star.
Les français craignent le lait

Une étude de l’Ifop dresse un constat alarmant: 16% des Français craignent les effets de la consommation de lait sur leur santé, et 20% doutent de sa qualité. Une inquiétude non fondée, martèle Koenraad Duhem, directeur scientifique du Cniel: « L’utilisation d’hormones a toujours été interdite en France et elle est bannie depuis 1988 dans toute l’Europe. Si le rendement des vaches laitières a quasi doublé en vingt ans, c’est grâce à l’amélioration des méthodes de sélection des élevages. »

Il n’empêche, les rumeurs enflent. Autre crainte récurrente: boire trop de lait donnerait le cancer. Des études, parfois contradictoires, souvent mal interprétées, entretiennent la confusion. Dernière en date: une enquête conjointe de l’université de Montréal, au Canada, et de l’Institut européen du cancer établit un lien entre une consommation élevée de lait et le cancer de la prostate. Absorber 470 grammes de lait par jour multiplierait par deux le risque de développer une tumeur, par rapport à une consommation quotidienne de 125 grammes.

Source: l’Express.fr

juillet 28th, 2010 by